NY Magazine: tiens, les Républicains aiment la France maintenant

Revue de presse. New York Magazine semble avoir oublié les railleries de Jeb Bush sur la semaine de travail à la française ou les déclarations de Rand Paul sur la limitation de l’accès des visiteurs français aux Etats-Unis. Pour l’hebdomadaire, c’est sûr: au fond de leur petit coeur, les Républicains ont “cessé de haïr la France” et il nous explique pourquoi.

Dans un article publié lundi 23 novembre, Jonathan Chait affirme que les conservateurs ont changé de discours sur la France après les attentats de Paris. Et pour le journaliste, il ne s’agit pas simplement d’un changement de façade. Il s’appuie sur les propos de l’éditorialiste Charles Krauthammer, présenté comme “le principal théoricien du parti” .  “Si l’autre but du massacre de Paris était de dissuader la France de frapper en Syrie – de la même manière que l’Espagne s’est retirée d’Irak après l’attentat sur ses trains en 2004 – ils (les terroristes) ont choisi le mauvais pays” écrit Krauthammer. “La France est une puissance post-coloniale sérieuse, comme elle l’a démontré en Côte d’Ivoire, en République centrafricaine et au Mali, que la France a sauvé d’une prise de pouvoir islamiste en 2013.

Stratégie politique

Jonathan Chait ne manque pas de relever le virage à 360 degrés opéré par le penseur conservateur, qui écrivait en 2003 qu’on avait donné à la France un siège permanent au Conseil de sécurité de l’ONU “pour préserver la fiction selon laquelle la France héroïque a fait partie de la grande alliance anti-nazis, pour ne pas dire que le pays avait capitulé et collaboré.

Faut-il voir dans ce changement de ton la preuve que les Républicains et conservateurs américains de tout poil sont devenus francophiles? Le journaliste ne va pas jusque-là. “En plus d’une sympathie évidente” résultant des attentats, il voit dans cette “francophilie renouvelée” une stratégie politique pour “rosser John Kerry” , auteur d’une phrase maladroite après les attentats de Paris. Le secrétaire d’Etat avait déclaré que les attaques contre Charlie Hebdoavaient quelque chose de différent” de celles du 13 novembre, laissant penser que les premières pouvaient se justifier. Cette maladresse a provoqué un élan de francophilie intéressé dans les médias de droite, trop contents de pouvoir enfoncer “un Kerry prompt à commettre des bourdes.” “L’ironie ici est que, en 2004, les conservateurs ont attaqué Kerry précisément pour sa francophilie.