La fête de la musique débarque à Rikers Island

Avis aux musiciens : ” Il y a près de 12 000 miles de trottoirs à New York, donc il y a de la place pour tous les groupes!“, explique Aaron Friedman, le président de Make Music New York. De 10h à 22h, tout groupe ou artiste pourra pousser la chansonnette où qu’il veuille: rue, parc, jardin, trottoir…

Cet Américain, alors étudiant à Bordeaux fut impressionné lorsqu’il découvrit la Fête de la Musique : “C’était incroyable de voir tant de musiciens prendre autant de place dans la ville explique-t-il. Certains bloquaient même la rue avec leur batterie, et c’était normal!” Il rentre à New York avec cette volonté de mélanger professionnels et amateurs dans un même esprit de fête. Il lance la version new-yorkaise en 2007.

Il lui a fallu une bonne dose de  passion pour faire son porte-à-porte des commissariats des cinq boroughs afin d’obtenir  les permis. Grâce à une détermination sans faille, il mobilise de  joyeuses troupes de stagiaires, bénévoles et son projet a séduit les partenaires (la ville de New York,Time Out, les associations…).

Du coup, la fête a pris de l’ampleur.  La première année, 560 concerts ont eu lieu dont des performances d’importantes institutions de la ville comme le New York Philharmonic, Metropolitan Opera, Carnegie Hall ou encore Jazz Gallery. Chaque année, toujours plus de musiciens s’inscrivent pour participer.Et le 21 juin prochain, plus de 1000 concerts sont organisés.

Parmi eux, des têtes d’affiches mais l’attente est surtout dans les rues, explique Aaron Friedman.”Le mieux est de ne pas trop se poser de questions quant au programmeAllez dans un quartier où il y a beaucoup de concerts et baladez-vous!”. Les styles musicaux seront tout aussi variés. Rock, Hip-Hop, Jazz, classique, pop, musiques africaines….

Le seul regret d’Aaron :”Devoir arrêter la musique à 22h. Si je pouvais changer une chose dans ce Make Music New York, ce serait de pouvoir continuer au moins jusqu’à 2h du matin”. Ca semblerait une évidence dans la ville qui ne dort jamais.

Retrouvez toutes les informations en cliquant ici.

Lire aussi le programme des frenchies de Make Music.

Commentaires

  • JEANNINE BRAIK

    J’aimerai bien voir ce que cela donne dans la ville “AUX MILLE VISAGES”car en FRance où je vis actuellement, c’est tout autre chose; c’est dans les moeurs des français, dès le plus jeune âge les français jouent dans des groupes villageois qui n’ont pas suivi de formation musicale et qui s’améliorent au fil des ans. Ils utilisent toutes sortes d’instruments ( même des objets de tous les jours: poubelles,bidons,anciennes planches à laver . . . ). Tout est bon pour montrer sa virtuosité.Chaque coin de rue, chaque commerce, chaque café a son orchestre; au cours du temps cela est devenu si festif que des commerçants ambulants se sont installés pour régaler les badauds affamées par les kilomètres fait pour aller des uns aux autres. Avez-vous cela à N.Y. ?De plus, cela continue très tard la nuit. Une joie inégalable car on a la chance de pouvoir écouter en l’espace de quelques heures toutes les sortes de musiques, il s’agit là de véritables variétés; de plus il est tout à fait recommandé de danser quand il y a des musiques entraînantes tels que jazz, rock,valse, etc. De bons moments, quoi!!!