François Hollande et le syndrome Jimmy Carter

photo-Charles-Kolb-600

La France va mal : récession, chômage en hausse, déficits structurels persistants… La cote de popularité de François Hollande plafonne sous les 30% et voilà maintenant que les médias américains – parmi eux Maureen Dowd et Roger Cohen, dans le New York Times récemment- éditorialisent sur le sentiment de malaise national français…

Certains reconnaîtront là une forme de fatalisme blasé qui semble inscrite dans l’ADN des Français. Après tout, tout Américain qui a passé quelques temps en France a compris que “pas mal” dans une bouche française exprime le plus grand enthousiasme.

La situation française actuelle rappelle ce que le Royaume-Uni a connu dans les années 1970 sous les gouvernements travaillistes, et ce que les Etats-Unis ont vécu pendant la présidence Jimmy Carter (1977-1981): chômage élevé, grèves et troubles sociaux, et sentiment de voir les institutions de la société civile s’effondrer.

L’arrivée de deux leaders changea le cours des choses : Margaret Thatcher et Ronald Reagan, qui, en faisant bifurquer la trajectoire économique de leurs pays, restorèrent l’optimisme national. Les deux pays se mirent à nouveau à croire en eux-mêmes, et en leur avenir.

Elu sous l’étiquette socialiste, François Hollande ne suivra pas la voie Thatcher-Reagan. On ne lui en demande pas tant. Il suffit qu’il regarde les exemples d’au moins quatre gouvernements de centre-gauche qui ont profondément transformé leurs partis politiques et leurs économies nationales.

L’Anglais Tony Blair a conservé beaucoup du “thatchérisme”, mais a réussi à tempérer l’extrémisme du Parti Travailliste et à le tranformer en un parti du centre plus ouvert au monde de l’entreprise.

Bill Clinton aux Etats-Unis a fait la même chose pour le Parti Démocrate, en faisant la promotion des “business Democrats”, avant de signer des lois importantes sur la liberté du commerce, la réforme de l’aide sociale et les politiques budgétaires. Le tout a abouti en peu de temps à des budgets excédentaires.

Commentaires

  • NewParadigm

    Hollande « brillant et compétent » ? Non, ce ne sont certainement pas les épithètes que je lui appliquerais. Honnête, peut-être, mais financièrement, pas intellectuellement, car il a menti tout au long de sa campagne.

    Pour le reste, il doit gérer une nomenklatura avide de pouvoir, et qui ne veut en céder aucun (voir le cumul des mandats ou la réforme des entités locales — auxquelles il a, au contraire, choisi d’en ajouter une, les métropoles).

    Il mérite d’échouer lamentablement, car il donne le pire exemple en supprimant tout ce que son prédécesseur avait fait, dans tous les domaines, afin de satisfaire sa clientèle (fonctionnaires, écolos, minorités en tous genres) mais au mépris de l’intérêt général.

    Personne ne peut oublier pourtant comment il a annulé des décisions de Sarkozy pour les remettre en vigueur sous la pression de la situation. Ceci est la marque d’un démagogue incompétent et dangereux.