Un Cannois veut vendre le sport-boules aux Américains

Sur le terrain, comme dans la vie, Lionel Pomiro est une véritable boule d’énergie. Ce qui tombe plutôt bien pour un champion de pétanque et de sport-boules.

Dimanche dernier, au Cheviot Hills Recreation Center de Los Angeles, ce bouliste cannois a réussi l’exploit de battre le record américain de tir rapide de sport-boules, la version sportive du traditionnel jeu de boule lyonnaise (lui-même ancêtre de la pétanque), créé au XVIIIe siècle. Sous les encouragements de ses supporters, il a tiré 34 boules sur 45 essais (alors que le record américain était jusque-là de 25 sur 40). « C’est un sport qui exige de réunir entre 6 et 7 compétences en même temps, explique-t-il. Endurance, vitesse, synchronisation, précision, lancer, concentration et course. »

Le sport-boules comprend différents types d’épreuves : l’objectif du tir rapide est de toucher un maximum de boules, placées de part et d’autre du terrain, pendant cinq minutes. Le joueur doit effectuer des courses aller-retour tout en tirant.

« J’ai découvert ce jeu, après m’être blessé au football, adolescent, alors que je suivais un entraînement pour devenir professionnel. C’est mon grand-père, dont le père avait créé le premier club de  boule lyonnaise de Cannes en 1929, qui m’a encouragé à venir jouer. Six mois après, j’étais champion du monde Cadets et à 17 ans, je suis passé professionnel !».

Son but : prouver qu’il a le niveau pour rejoindre et booster l’équipe américaine en la hissant au top 10 mondial. « La fédération de sport-boules m’a déjà demandé de rejoindre l’équipe, afin que je puisse participer au prochain championnat du monde qui aura lieu le 9 novembre prochain en Argentine », précise Lionel Pomiro, impatient de donner un coup de pouce à un sport encore en plein développement aux Etats-Unis. « En France, il y a 300 000 pratiquants… ici, on n’est que 6 ! Mais il y a un réel engouement et l’envie d’apprendre» dit-il.

Plutôt que d’utiliser les courts de pétanque du club de L.A, trop petits pour le jeu de sports-boules, qui nécessite davantage d’espace, Lionel Pomiro a improvisé un terrain sur une aire de baseball. «La terre battue est parfaite pour le sport-boule» précise-t-il. « C’est la preuve qu’on n’aurait pas besoin de créer de nouvelles infrastructures pour développer davantage ce sport aux Etats-Unis».  

Lionel Pomiro a aujourd’hui plusieurs cordes à son arc : ce sportif a aussi été mannequin, nutritionniste, entraîneur, chef d’entreprise et organisateur dans l’événementiel. En plus d’un retour à la compétition au niveau professionnel, il rêve de créer sa propre ligne de vêtements sportifs consacrés au sport-boules. Une première !