Pourquoi ces chaussures suspendues aux câbles aux USA?

Pour sa première “question bête” de 2016, French Morning a choisi de répondre à une interrogation sans réponse: qu’est-ce qui pousse des individus partout aux Etats-Unis à balancer des baskets sur des câbles électriques?

La réponse pourrait tenir en un mot – “l’alcool”, “l’ennui” , “le défi” – mais les théories sur cette pratique, observée de la côte ouest à la côte est, sont nombreuses. Et parfois extrêmement poussées. Le site de questions-réponses du Chicago Reader “The Straight Dope” en a recensé pas moins de treize en 1996 dans un texte consacré à cette grande question existentielle. L’auteur, Adam Cecil, se souvient que dans son enfance, “à la fin des années 60, début 70” , cela servait à se débarrasser des baskets que les enfants n’aimaient pas ou à bizuter “les gamins faibles ou en surpoids” . C’était aussi une “tradition” observée à la fin de l’année scolaire pour fêter la fin des cours. “C’est soit une blague qui ne fait pas de mal, soit un rite de passage, ou un signe de la fin de la civilisation. A vous de voir” , conclue-t-il.

Gangs

Beaucoup pensent que ces mystérieuses chaussures suspendues sont liées à une activité criminelle. Selon certains, elles servaient pêle-mêle à identifier les lieux où se procurer de la drogue, à délimiter le territoire de tel ou tel gang ou à marquer un endroit où le membre d’un gang a été tué. Elles pouvaient aussi être des “trophées” de victimes de racket, comme le suggérait le New York Times en 2005.

Mais dans le même article, un porte-parole du NYPD réfute la thèse des gangs dans le cas de New York. “Je ne pense pas que c’est le genre de chose que des individus veulent mettre en avant en laissant un signe” , souligne-t-il. Une opinion partagée par d’autres forces de police ailleurs dans le pays. L’agence Associated Press a interrogé il y a quelques années la police de Tucson dans l’Arizona qui a affirmé elle aussi qu’il n’y avait pas de lien entre “shoe-fiti” et activité de gangs.

Un “souvenir”

La BBC a également cherché des réponses à ce phénomène en se promenant dans des quartiers chauds de New York. Il ressort notamment de cette série d’interviews que ces chaussures suspendues représentent aussi un souvenir d’enfance pour les lanceurs.

Les cinéphiles auront peut-être, eux, une autre explication après avoir vu cette scène du film de Tim Burton “Big Fish” (voir ci-dessous en espagnol). Le héros, qui vient d’arriver dans une mystérieuse ville nommée Spectre, se fait chaparder ses chaussures par une petite fille qui les lance sur un câble pour l’empêcher de repartir. D’ailleurs, personne ne veut quitter Spectre si l’on en croit ses habitants un peu trop accueillants. Ces chaussures en seraient donc synonymes de prison, d’un lieu qu’on ne quitte pas…

Cette pratique est-elle illégale? A New York, “oui” , d’après un porte-parole du NYPD interrogé par le New York Times. Elle est considérée comme un acte délictueux visant un bien, au même titre que le vandalisme et le graffiti. Heureusement, toujours selon le New York Times, elle n’est pas dangereuse. Interrogés par le quotidien en 2005, Verizon et Cablevision ne considéraient pas le phénomène comme “un problème majeur” pour eux. Malheureusement pour les lanceurs, ConEdison retire les chaussures systématiquement.

- Services -