Petits meurtres entre amis pour les élections consulaires

Coups tordus, négociations en coulisse, consignes floues… Les élections consulaires de mai prochain sont encore loin, mais elles commencent sur les chapeaux de roues.

Pour rappel : ce scrutin, qui se déroulera le 24 mai pour le vote à l’urne (à partir du 14 pour le vote par internet), permettra l’élection de conseillers consulaires auprès de chaque consulat, selon un scrutin de liste à la proportionnelle. Les conseillers seront notamment chargés de formuler des avis sur les questions consulaires ou d’intérêt général (culturel, éducatif, économique et social) concernant les Français établis dans la circonscription.

Divisions à droite

Les candidats avaient jusqu’au samedi 15 mars pour déposer leur liste auprès de leur consulat. Certaines ont été mises en ligne dimanche dans la journée sur les sites des consulats. Trois forces principales se présentent aux suffrages des électeurs français aux Etats-Unis.

Lire: toutes les listes par circonscription consulaire

Nouveau venu sur l’échiquier politique: «Français d’Amérique Ensemble», mouvement “apolitique”, animé par les conseillers AFE Damien Regnard et Richard Ortoli notamment. Damien Regnard, troisième homme de l’élection législative partielle, démissionnaire de l’UMP en janvier, est tête de liste dans la circonscription Houston-Nouvelle Orléans. Richard Ortoli emmènera la liste à New York. FAE a déposé des listes dans « sept circonscriptions sur neuf », précise Damien Regnard.

A l’UMP américaine, toujours tiraillée entre pro et anti-Lefebvre, l’union a été difficile à réaliser dans certaines circonscriptions. A Chicago, l’UMP a tenté de débaucher un membre de la liste “Français d’Amérique Ensemble” emmenée par Patrick Bourbon, président de l’Union des Français de l’Etranger (UFE) locale. Son nom s’est retrouvé… sur deux listes.

A Montréal, Jeanine de Feydeau, qui devait présider l’association l’Ame-Nord souhaitée par M. Lefebvre pendant la campagne des partielles de 2013, a décidé de présenter sa propre liste. Si l’on en croit le site l’Outarde Libéree, elle “a déposé une liste estampillée UMP, mais modifiée par rapport à celle approuvée par le député Lefebvre quelques jours avant“. Elle se présente face à deux autres listes de droite, dont celle de l’assistant de M. Lefebvre Michael Pilater, seule reconnue par l’UMP.

A New York, la mise en place de la liste UMP-UFE, emmenée par le président du Comité des Associations (CAF) et de l’UFE locale Gérard Epelbaum, a fait l’objet de longues discussions. Il en résulte une “liste d’union” qui rassemble personnalités issues du secteur associatif comme Roxane Siroto (French American Aid For Children) et figures bien connues de l’UMP américaine comme Anne Rivière, qui avait un temps songé à une candidature dissidente en 2013, Patrick Pagni, un proche de Frédéric Lefebvre, et Nicolas Puygrenier, un des responsables de la délégation.

Le patron de l’UMP Côte Est, Guy Wildenstein, ne figurera pas sur la liste, par choix. “Je n’ai pas souhaité solliciter un nouveau mandat“, a-t-il indiqué, précisant que la liste conduite par M. Epelbaum “est à mon avis la mieux placée pour défendre les intérêts de nos compatriotes face à un gouvernement qui navigue à vue.

Ce qui importe, c’est d’avoir l’union, a indiqué Gérard Epelbaum, joint par téléphone. C’est la meilleure manière d’aider nos compatriotes, d’aider notre communauté.” A noter que l’ancien conseiller AFE Jean Lachaud a décidé de présenter sa propre liste.

A Washington, la liste UMP-UFE sera conduite par le suppléant de M. Lefebvre, Olivier Piton, et à Los Angeles par un dissident de l’élection legislative de 2012, Gérard Michon.

Le MoDem absent

La gauche, défaite à l’élection législative partielle de 2013, est présente dans toutes les circonscriptions américaines sous des appellations diverses (« Rassemblement des Français du Sud-Ouest américain » pour Los Angeles, “Français  de Gauche, citoyens et solidaires” pour Washington…), avec le soutien de l’Association Démocratique des Français de l’Etranger-Français du Monde (ADFE-FdM).

A New York, la liste portera le nom de “Français de gauche, progressistes et solidaires” et rassemblera des personnalités du Parti Socialiste local, dont Annie Michel, tête de liste et ancienne suppléante du candidat socialiste à la législative partielle, et des personnes impliquées dans le secteur associatif et culturel comme la cinéaste Mariette Monpierre. La liste devrait être soutenue par le PS et Europe Ecologie les Verts (EELV). Elle est d’ores-et-déjà soutenue par Corinne Narassiguin, dont l’élection à l’Assemblée nationale en 2012 a été invalidée par le Conseil Constitutionnel.

Désunie au premier tour de l’élection législative partielle de 2013, avec des candidats du Front de Gauche et d’EELV, la gauche fait bloc aux Etats-Unis pour les consulaires. “Il n’y a aucune désunion“, affirme Julien Ducourneau, secrétaire de la section PS de New York, deuxième sur la liste new-yorkaise. On ne peut pas en dire autant à Montréal, où pas moins de trois listes de gauche se disputeront la consulaire.

Grand absent de l’élection: le MoDem, qui ne présente aucune liste aux Etats-Unis pour des “raisons organisationnelles” selon Franck Barrat, président du MoDem américain. Il précise que deux personnalités du parti seront sur la liste indépendante de “Français d’Amérique Ensemble” à Miami. Emmenée par l’entrepreneur Franck Bondrille, elle comprend aussi des UMP et des UDI.