Mode enfant: le groupe Zannier mise sur l’Amérique

(Article Partenaire) Catimini, Lili Gaufrette, Jean Bourget, Junior Gaultier, Paul Smith Junior, Absorba, Chipie, 3 Pommes, Kenzo Kids… Le groupe Zannier, qui regroupe quinze marques de vêtement pour enfants, veut développer sa présence aux Etats-Unis.

Ce poids lourd du monde de la mode junior  (430 millions d’euros de chiffres d’affaires, 900 magasins, 3 500 salariés), mise sur sa french touch pour séduire les parents américains. Entretien avec Rémy Baume, le Directeur Général du Groupe.

Que représentent les Etats-Unis pour le groupe Zannier ?

Nous y sommes présents depuis longtemps. Jean Bourget a été la première de nos marques développée aux Etats-Unis, dès les années 1970. Aujourd’hui, nous avons une filiale qui emploie douze personnes à New York et deux à Los Angeles. Nos marques sont présentes chez les  détaillants, dans des grands magasins et nous sommes également dans le retail avec quinze boutiques Catimini de LA à Las Vegas en passant par Miami, développées avec un partenaire. Nous travaillons efficacement avec les Big 6 (Saks, Bergdorf, Neiman, Bloomingdales et Barneys et plus récemment avec Nordstrom). Mais nous ne faisons pas encore 5% de notre chiffre d’affaires aux Etats-Unis, et donc je pense qu’il y a un gros potentiel de croissance pour nos marques.

Comment comptez-vous vous distinguer sur le marché américain ?

3-Pommes_300C’est un marché très concurrentiel avec une forte culture lifestyle et casual. Si la propension à consommer des parents américains est forte, ce n’est pas complètement dans leurs habitudes d’investir dans des tenues à la mode européenne pour leurs enfants.

Ce que nous proposons est différent et complementaire de ce qui se trouve généralement aux Etats-Unis: nos collections sont plus ancrées dans la mode que le lifestyle. Nous nous distinguons aussi par notre philosophie, qui est de protéger le temps de l’enfance. S’habiller n’est pas un acte anodin: c’est déjà forger sa personnalité par ce que l’on veut projeter de soi. Nous ne voulons pas habiller les enfants comme des mini-adultes, par exemple de manière trop sexuée avant l’âge. Nous souhaitons leur apporter des vêtements bien à eux

Nous avons la chance de beneficier d’une bonne cote d’amour aupres de nos clients. L’approche Mode, le petit plus de Paris que beaucoup d’Américains connaissent, et même en creux l’idée de l’éducation “à la française”, la femme et la mère française sont des atouts.

Quelles sont les marques sur lesquelles vous misez en particulier ?

Nous avons la chance d’avoir un partenaire engagé qui développe les boutiques Catimini avec nous aux Etats-Unis. Catimini est une marque très creative qui exprime avec beaucoup de poesie et d’originalite le rêve et le voyage . C’est une marque fortemment identifiable qui ne laisse pas indifférent ! Tartine et Chocolat a aussi un très beau potentiel, c’est une marque très chic, très appréciée ici, tout comme Jean Bourget, qui a un côté plus classique mais avec un twist parisien de couleur et de douceur. 3 Pommes bénéficie d’un capital sympathie indéniable et s’adresse à tous avec sa bonne humeur et son look plus casual. La marque par excellence du back to school. Enfin, nous avons aussi des marques de créateurs reconnues comme Gaultier Junior,ou Kenzo Kids, qui ont le vent en poupe. Ivy Blue la fille de Beyonce porte Catimini et Tartine et North West ( la fille de Kim Kardashian ) Kenzo !

Quels sont vos projets pour 2016 ?

Kenzo_250Nous allons poursuivre nos ouvertures de nouvelles boutiques Catimini sur les côtes est et ouest. Le marché américain est délicat, il faut avancer progressivement. Notre intention est egalement de réouvrir une boutique a New York. Mon objectif, c’est de croitre, à un rythme raisonnable donc durable.

Et déjà de venir le weekend prochain a New York pour l’incroyable pop-up event de Best of France ( 26 et 27 septembre a Times Square ) qui nous permettra de présenter 7 de nos marques avec des petits mannequins de 6 ans sur le runway du Pavillon Mode !

————————

Note: les “articles partenaires” ne sont pas des articles de la rédaction de French Morning. Ils sont fournis par ou écrits sur commande d’un annonceur qui en détermine le contenu.