Cahuzac, mariage pour tous et soutien-gorge

Jean-Denis Rouillon, médecin du sport à Besançon, a fait parler de lui jusqu’aux Etats-Unis. A l’origine du buzz: une enquête menée durant plus de quinze ans pour démontrer les méfaits du port du soutien-gorge.

Un médecin du sport français jusqu’alors inconnu qui a passé seize ans à étudier les poitrines de 300 femmes est à l’origine d’une vague de panique dans un pays connu pour son amour de la lingerie. Il a annoncé la semaine dernière que les soutiens-gorge étaient inutiles“, résume The Columbus Dispatch.

L’enquête, dévoilée par le Dr. Rouillon le 7 avril dernier sur France Bleue Besançon a été très reprise par les médias de France et d’ailleurs. Un battage médiatique qui agace le professeur lui-même –  “ça commence un peu à me saouler” a-t-il confié au quotidien français 20minutes. La presse américaine n’a donc pas hésité à se faire écho de cette enquête inédite qui n’est pas sans rappeler les soutiens-gorge brûlés pendant la révolution sexuelle des années 1970.

Le New York Times  met l’accent sur les premières critiques adressées à l’enquête, “Les féministes se plaignent qu’encore une fois, les femmes sont réduites à l’image de leur corps, rapporte le journaliste Harvey Morris. L’histoire a fait les gros titres de la presse française et une floraison de commentaires ironiques ont été émis, notamment à propos du fait que l’enquête ait pris quinze ans d’étroite collaboration pour mesurer l’anatomie des femmes“, continue-t-il. CBS News renchérit sur le même ton en rapportant avec ironie que “les chercheurs ont minutieusement mesuré les seins en utilisant une réglette et un étrier et ont enregistré les modifications tout au long de la période d’étude“.

The Columbus Dispatch reprend le témoignage de Capucine, une jeune volontaire de 28 ans qui a affirmé au micro de France Info que “l‘intérêt est multiple : on respire mieux, on se tient plus droite, on a moins de douleurs au niveau du dos”. Le quotidien conclut lui aussi son article sur une note critique face à la sur-exposition médiatique de l’affaire. “Même le quotidien intello Le Monde a renchéri en offrant un historique des origines du soutien-gorge remontant au XIVème siècle“, relève le journaliste.

Le New York Times conclut cette course au mot d’esprit en racontant: “alors que certains blagueurs ont demandé si ils pouvaient aider le professeur dans ses recherches, d’autres ont exprimé leur étonnement face au fait qu’une décennie et demie plus tard, les résultats sont toujours qualifiés de “préliminaires“”.

Affaire Cahuzac: suite 

L’ancien ministre du Budget Jérôme Cahuzac est encore cette semaine au coeur de l’actualité. Le New York Times dresse une comparaison entre l’ex-ministre français et un ancien ministre britannique, Chris Huhne, condamné à huit mois de prison pour avoir fait endosser à sa femme un excès de vitesse qu’il avait commis. “Dans les deux cas, les crimes eux-mêmes auraient pu être suffisants à une disgrâce absolue et une ruine de leur carrière politique; les deux hommes ont été forcés à démissionner, souligne la journaliste. Mais les vrais chocs ont été les mensonges, les énormités assumées en face à face, répétées encore et encore, à la famille et aux amis, aux leaders politiques et aux médias, toujours la tête haute et plein d’indignation“.

Le quotidien souligne ensuite la “performance”  remarquable de Jérôme Cahuzac “particulièrement parce qu’il était en charge du Budget de la France et donc de lutter contre les évasions fiscales“. La journaliste du Times fait intervenir le psychiatre Dr. Hefez, qui a fait des hommes politiques sa spécialité, et qui compare l’ancien ministre à un “enfant confronté à ses parents après avoir fait une grosse bêtise“. “Pour un enfant, rapporte le Dr. Hefez, la pensée peut être plus puissante que la vérité, particulièrement si l’enjeu est son image auprès de ses parents, qui représentent son autorité ultime. Pour les politiciens, cette intention peut être explosive, précisément parce qu’ils ont cette autorité“.

L’article conclut sur le fait que “ce sont les mensonges, plus que les crimes, qui ont ébranlé la confiance du peuple“, rappelant le fait que le ministre a affirmé à maintes reprises son innocence et son indignation face aux accusations.

Un autre article du New York Times s’intéresse aux répercussions de l’affaire et plus particulièrement à la réaction de François Hollande. Celui-ci a annoncé, lors d’une intervention télévisée mercredi dernier, qu’il créerait une nouvelle fonction – un procureur spécialisé dans les affaires de corruption et de fraude – et a exprimé son désir d’éradiquer les paradis fiscaux en Europe et dans le monde. Steven Erlanger, chef du bureau du quotidien à Paris, explique que “le scandale de Jérôme Cahuzac, le ministre du Budget qui a menti au sujet de comptes bancaires non déclarés à l’étranger, est allé droit au cœur des socialistes qui prétendent être une alternative scrupuleusement honnête et transparente à l’administration précédente, dirigée par Nicolas Sarkozy“.

Le Sénat vote la loi du mariage pour tous.

Le 13 avril, le Sénat a adopté à main levée le texte ouvrant le mariage et l’adoption aux couples de même sexe. La presse américaine, comme cela a été le cas en France, s’est surtout chargée de relayer les violentes oppositions et la radicalisation des anti-mariage.

Selon The Huffington Post , “plus la loi s’approche de la signature, plus les attaques violentes et sanglantes sur les LGBT surviennent“. Frigide Barjot, qui ne ralentit décidément pas son combat qui semble pourtant perdu, a également eu sa place sur le site d’information. “La leader du mouvement anti-égalitaire “mainstream” a déclaré “Hollande veut du sang, il l’aura!“”. Insistant sur la violence des menaces des opposants au mariage gay, le journaliste conclut son papier en se demandant si “les evêques français, responsables de toute cette ferveur anti-gay, approuvent les brutales attaques et les menaces vulgaires de leurs disciples?“.