La guerre du “French Donut” est déclarée à New York

Infos pratiques

 

Dominique Ansel Bakery, 89 Spring St. Site ici

Mille-feuille Bakery Cafe, 552 LaGuardia Pl. Site ici

Sur une plaque métallique, des morceaux de pâte à croissant de forme circulaire, percés en leur centre, attendent sagement le grand saut dans la friteuse.

Il est 7h du matin et dans la fabrique du chef pâtissier Olivier Dessyn, on prépare déjà la deuxième tournée de French Donuts. Cette nouvelle pâtisserie, qui sera mise en vente samedi, est un beignet d’environ 5 cm de diamètre qui fusionne deux monuments gastronomiques : le croissant français prend la forme du donut américain avant d’être fourré de crème pâtissière, saupoudré de sucre et rehaussé d’un glaçage.

Cette recette vous dit quelque chose? Elle s’inspire du fameux Cronut de Dominique Ansel, à SoHo. Lancée à la mi-mai, la pâtisserie mi-croissant mi-donut a fait le buzz. Les 50 premières pièces sont parties en 20 minutes et, depuis, les clients font la queue devant la pâtisserie tous les jours dès 5h du matin. “Ma femme a voulu goûter un Cronut, mais il n’y en avait plus chez Ancel. J’ai de la très bonne pâte à croissant alors je me suis dit pourquoi pas en faire moi-même”, raconte Olivier Dessyn. Avec le French Donut, le Cronut a donc son rival.

Ce chef pâtissier, qui a ouvert sa boulangerie Mille Feuille Bakery il y a deux ans, a vu l’engouement pour ce nouveau produit comme une opportunité. Ayant reçu de nombreuses demandes, il a décidé il y a une semaine de se lancer dans l’aventure. Après trois tentatives – et en se basant sur ce qu’il devine être la recette magique du Cronut – Olivier Dessyn a donné naissance à son French Donut. Celui-ci se décline en trois parfums : chocolat, vanille et framboise. Celui de son collègue français ne propose qu’un parfum mais il change tous les mois. “La demande existe mais en voyant les ruptures de stock, on comprend qu’elle n’est pas satisfaite“, explique le chef.

Est-ce le début d’une guerre à coup de crème pâtissière? En attendant les premières ventes samedi, Olivier Dessyn relativise. “Il n’est même pas question de concurrence avec Dominique, il a une telle notoriété qu’on ne peut pas lui faire de tort.”

Je n’étais pas très au courant, commente Dominique Ansel dans un e-mail, à propos de l’existence du French Donut. La plupart des jours, je suis dans la cuisine à partir de 3h du matin, donc il est difficile de se tenir au courant“. Et de rappeler que Dominique Ansel Bakery n’est pas “qu’une boutique à Cronut”. Avec un tel succès, il peut être sûr que le nombre de ses concurrents ira… croissant.

Crédit : Manon Lemoine

Infos pratiques

 

Dominique Ansel Bakery, 89 Spring St. Site ici

Mille-feuille Bakery Cafe, 552 LaGuardia Pl. Site ici