La petite boutique des douceurs

Quand on tombe sur ce genre de magasins, on a immédiatement envie de partager.

Cette semaine, une fois n’est pas coutume, Expérience NY vous emmène faire du lèche-vitrines. Enfin, plutôt explorer 3 mini boutiques one of a kind dans Brooklyn en plein Boerum Hill. Rendez-vous chez Collier West, sur Atlantic Avenue au rez-de-chaussée d’immeubles dignes de Soho. (On aurait aimé les déplacer d’un ou deux blocs, d’ailleurs. Cette avenue est vraiment moche. Tant pis, on fait abstraction.)

Trois vitrines anciennes, trois ambiances, avec un même fil rouge. Le monde des cabinets de curiosités. Un assortiment pointu sélectionné avec un goût d’enfer. C’est typiquement les petites boutiques dont on rêve quand on vient à New York. Ici, on est dans l’anti Bed Bath and Beyond et ça fait du bien.

Dès l’entrée, on reçoit des bonnes ondes en foulant le paillasson « Hello Gorgeous ». Ça file la pêche, même si ce jour-là, on est dans un bad hair day.

Le premier magasin est plus proche d’une galerie. Avec un assortiment de livres, de photos et quelques beaux objets. Régulièrement sont organisées des expos temporaires de qualité. Ça vaut le coup de demander la liste complète des artistes qui ont exposé si vous cherchez une photo pour votre salon. Demandez leur biographie dans le catalogue. Il y a vraiment des pépites.

La boutique du milieu vend des tissus, tapis, poufs et autres coussins qui vous donnent envie de changer immédiatement la déco chez nous. Ou d’apporter la petite touche vintage ou bohème qui vous manquait.

La troisième est un bazar très organisé. Une caverne d’Ali Baba remplie de verres, de boîtes d’allumettes, de bijoux, de livres, d’affiches poétiques, de planches imprimées sur des papiers vintage, de vide-poches John Derian, de bougies, de vases et d’objets non identifiés… Le tout exposé sur des meubles de métier qu’on aimerait bien rafler au passage.

Ouvrez les yeux, vous y trouverez forcément des trésors.

ADRESSE

COLLIER WEST

377A Atlantic Ave, Brooklyn

www.collierwest.com

ET APRÈS, ON FAIT QUOI ?

On va chez INVISIBLE DOG, bien sûr, c’est si près. (51 Bergen St, Brooklyn)

On a déjà parlé 10 fois de ce centre d’art hors du commun, mais on ne s’en lasse pas. Surtout qu’une nouvelle expo envahit les murs de cette ancienne fabrique de bijoux (et de laisses pour les fameux invisible dogs des années 90) le 7 mars, avec les installations de la chilienne Paz Corona. À ne pas manquer. On ne dit rien, on vous laisse la surprise.

Vous pourrez passer chez COBBLESTONE (220 Atlantic Ave) sur le chemin, pour attraper un paquet de chips faites maison dont vous donnerez des nouvelles.