Coup dur pour le campus de la FASNY à White Plains

Les supporters du futur campus de la FASNY (French American School of New York) à White Plains se mettent en ordre de bataille, une semaine après le rejet de leur projet par le conseil municipal de White Plains. L’école s’apprête à poursuivre le conseil en justice pour faire aboutir la construction de ce campus qui doit regrouper, à l’horizon 2019, les trois sites actuels de l’école franco-américaine du Westchester sur le terrain d’un club de golf désaffecté.

Le dossier doit être déposé dans les “7 à 10 jours” devant la cour suprême de l’Etat de New York, selon Geoffrey Thompson, que la FASNY a recruté pour assurer la communication autour de ce projet immobilier d’envergure. Une procédure sera probablement entamée auprès d’un tribunal fédéral, mais M. Thompson n’a pas souhaité donner plus de détails.

C’était une surprise. Le conseil municipal a fait une erreur” , estime pour sa part John Botti, un des membres du conseil d’administration de la FASNY, ardent défenseur du projet. “Mais d’une certaine manière, c’est une bonne nouvelle. La politique locale est terminée. Un juge et la loi vont trancher à présent” .

Allongement du temps d’intervention des pompiers

Le feu rouge du conseil municipal marque un rebondissement majeur dans ce dossier, qui oppose depuis cinq ans l’école franco-américaine à ses voisins, réticents à l’idée de voir un établissement scolaire s’installer à Gedney Farms, un quartier résidentiel tranquille de White Plains. Ces derniers sont allés jusqu’à saupoudrer les pelouses bien tondues du quartier de pancartes “FAS-NO”.

Lire aussi: La FASNY avance en terrain miné à White Plains

Mercredi 5 août, le “common council” de White Plains a voté 4-3 en faveur du projet, mais il fallait un vote favorable de plus pour obtenir la “super majorité” nécessaire à la validation finale. Les opposants au futur campus ont argué que la fermeture partielle d’une route par l’école allait accroitre de quelques secondes le temps d’intervention des pompiers dans le voisinage.

A mon sens, l’allongement du temps d’intervention, comme noté par le Département de Sécurité publique de White Plains , n’est pas raisonnable pour les habitants de Gedney, a commenté la conseillère municipale Nadine Hunt-Robinson, qui a voté contre le projet, sous les applaudissements de la salle du conseil pleine à craquer pour entendre la décision. Quand votre maison brûle, chaque seconde compte” .

“Une erreur”

La FASNY a estimé dans un communiqué qu’il “était dommage que trois membres de ce conseil ont pensé qu’il était opportun d’engager la Ville (de White Plains) dans un bataille judiciaire inutile et chère qu’elle va perdre, et qui va coûter au contribuable de White Plains d’importantes sommes d’argent” .

Lire aussi: Voir le projet de campus en PDF

Les coûts de la défense dans ce genre d’affaire sont élevés, explique Geoffrey Thompson. Nous allons aussi demander des dommages au conseil” , soit “des millions” de dollars.

La FASNY est une bonne école. Ses élèves ont 100% de réussite au bac, souligne John Botti. Il reviendra à la cour de réparer cette erreur” .

John Sheehan, le président de Gedney Association, le groupe de riverains qui a mené l’opposition contre le projet, n’a pas pu être joint directement. Sur son site, l’association espère que la FASNY “avancera” . “Si la FASNY décidait malheureusement de poursuivre la Ville, nous pensons que la Ville vainquera comme elle a donné à la FASNY toutes les opportunités de montrer que son plan était faisable.