Saint Barth : la possibilité d’une île…

Mercredi. À l’heure où je m’installe devant mon ordinateur pour rédiger ce papier « voyages » pour frenchmorning, il fait gris sur New York et une fine pluie rend la ville bien poisseuse.
Je n’ai, par conséquent, aucun scrupule à vous emmener, une fois encore, sur une île, sous les tropiques, à la recherche de quelques plaisirs de vacances tant recherchés après une longue année de business.

Destination Saint Barth, aux Caraïbes. Vue de France, l’île possède une lourde connotation « bling bling » . Vue d’ici, la perception en est très différente. Ce petit havre de paix, réservé à une clientèle en majorité aisée, voire très aisée, apparaît plutôt comme la possibilité de passer une semaine très agréable, au soleil, en profitant d’une indéniable tranquillité, d’une gastronomie sophistiquée et d’un environnement de toute beauté. Bien sûr, certains regretteront les nombreuses constructions de villas et d’hôtels mais, ils devront malgré tout reconnaître que l’île conserve fière allure. Interdiction de construire en dépassant la hauteur d’un palmier !

La capitale de Saint Barth est un petit trésor non seulement parce que ses boutiques sont exemptées de taxes, mais surtout par l’harmonie qui la caractérise. Depuis l’hôtel Carl Gustav qui surplombe Gustavia, la vue est fidèle à la carte postale. Les toits rouges des bâtiments des rues de la France,   Jeanne d’Arc ou de la paix, quelques bateaux au mouillage, un ferry qui s’éloigne du quai pour rejoindre Saint-Martin et à peine le bruit d’un scooter qui grimpe péniblement la pente de l’une des collines avoisinantes. Saint Barth est toujours un peu endormie, rares y sont les rassemblements bruyants et les débordements. Le niveau sonore augmente juste un peu en fin d’après-midi autour du Select, le célèbre bar de Marius, au cœur de Gustavia, un incontournable.

Alors, que fait-on à St Barth ?  Le tour de l’île, mais c’est vite fait. 25 km2 c’est peu. Du shopping, certainement car ici toutes les grandes marques de luxe sont représentées, détaxe oblige. Entre nous, mieux vaut y regarder à deux fois avant d’acheter car la détaxe, justement, est chez certains commerçants de St Barth plus un concept pour attirer le client qu’une réalité lors du passage en caisse. À vous de comparer.
Et entre le shoping et les pots pris ici ou là ? Plage ! Si vous êtes pressé de vous baigner alors que vous êtes en ville (tout est relatif …), vous choisirez Shell Beach, à deux pas. La plus belle plage ? À mon humble avis, l’Anse du Gouverneur, que l’on atteint en empruntant une route sinueuse et pentue. Mais à l’arrivée, c’est beau ! La plage de la Saline, près de Grand Fond, est une longue et belle plage de sable blanc. Autre plage à recommander, l’anse de Colombier, accessible uniquement par la mer ou par des sentiers. Elle fait partie de l’ancienne propriété de Rockefeller. Voilà pour les plages. Et le luxe dans tout çà ? Et bien il est partout sur l’île mais finalement pas sous la forme bling bling. Le luxe à Saint Barth, c’est qu’il n’y a jamais la foule. Que ce soit à la plage ou dans les rues et boutiques de Gustavia, c’est plus l’esprit village qui domine. C’est Ramatuelle plutôt que St Trop’.
À voir absolument
À Colombier, vous profiterez d’un point de vue splendide et panoramique sur une bonne partie de l’île et sur Saint-Martin au loin.
De la Pointe à Toiny à Morne Rouge, une belle côte découpée et houleuse face à l’Océan. Air du large garanti.

Commentaires

  • Pierre-Alexandre Maillard

    Bravo Thierry pour ce bel article qui reflete bien la douceur de vivre « made in St Barth » et non le « bling bling » que beaucoup assimilent trop vite a l’ile!