À New York, dans le temple secret du Calvados

Calvados Bar (Charles Guerin/ABACAUSA.COM)

Du Calvados, de la pastèque pressée, un trait de citron et une pointe de piment. Voici le cocktail « hot desire », tel qu’il est servi dans les fauteuils en cuir du bar de l’Intercontinental Barclay. Dans cet établissement chic, on sert depuis l’année dernière des dizaines de « Calva » différents, purs ou en cocktails. Une première aux Etats-Unis.

C’est Boris Burtin, le patron du bar et du restaurant de cet hôtel, qui est à l’origine du projet. « L’idée, c’est que cet alcool devienne la marque de fabrique du bar, que nous avons rebaptisé le Calvados bar. C’est un clin d’œil à la Big Apple« , sourit-il.

Derrière le comptoir en bois sombre, il a fièrement aligné ses 85 types de Calvados : jeune, vieux, mélangé à de la poire, double distillé… « Nous avons été reconnu par l’association interprofessionnelle des producteurs comme le seul bar à Calvados aux Etats-Unis. C’est un alcool peu exporté ici, et totalement inconnu », affirme ce Normand de 33 ans, originaire d’Aunay-sur-Odon, qui vit aux Etats-Unis depuis huit ans.

C’est par les cocktails au Calvados que Boris Burtin entend séduire ses clients : « C’est plus facile, et  chaque fois cela plait », glisse-t-il. La carte en propose trois (17 $), que le barman mélange habilement à du sirop de thym, de la liqueur de jasmin ou du Porto. Les résultats sont surprenants, mais délicieux. Des formules « dégustation » (quatre Calvados différents pour 22 dollars) sont également proposées. « Avec les Américains, l’avantage, c’est que nous partons d’une page blanche. En France, le Calvados souffre parfois, et à tort, d’une image vieillotte et peu raffinée. »

Quant au « trou normand », ce Calvados servi avec du sorbet de pomme, il n’est pas encore à la carte de l’Intercontinental. « Pour le coup, c’est une pratique très franco-française… Mais à l’occasion, il nous arrive de le proposer ! »

Photo: Boris Burtin (droite) et le mixologue Jose Torrella Jr / Charles Guerin/ABACAUSA.COM

Commentaires

  • evelyne

    En tant que normande vivant aux US, je ne peux que sentir mon coeur battre. Je ne suis pas une fan du calva, un peu trop fort pour moi, mais c’est toute mon enfance qui me revient en lisant cet article. Merci pour nous faire connaitre ce bar. Dommage que je sois en Californie!