Des ponts et des cerveaux

L’Amérique ignore à peu près tout des penseurs français d’aujourd’hui, mais elle ne demande qu’à connaître. C’est en tout cas le pari des rencontres « Walls and Bridges ». L’initiative -et l’argent- vient du Conseil de la Création Artistique (organisme créé en 2009 par Nicolas Sarkozy et présidé par le producteur Marin Karmitz), qui a missionné une organisation lyonnaise, la Villa Gillet, pour ce faire.

Depuis 20 ans, la Villa Gillet est devenue une institution culturelle lyonnaise, capable d’attirer 1000 personnes venues entendre parler littérature contemporaine ou philosophie. Avec Walls and Bridges, son directeur, Guy Walter, entend « intensifier les rapports franco-américains dans les sciences sociales ». Le projet est ambitieux: « il ne s’agit pas de faire de la diplomatie culturelle « plate », explique Guy Walter, c’est-à-dire simplement amener des intellectuels français ici, mais de créer des réseaux ». Il s’est donc associé avec une multitude d’institutions culturelles new-yorkaises, à commencer par la New York Public Library. Il a trouvé là un francophile acharné, Paul Holdengraber, le directeur des programmes publics de la prestigieuse bibliothèque. « Walls and Bridges » s’ouvre donc à la NYPL, les 27 et 28 janvier, par une série de débats publics entre chercheurs français et américains sur des thèmes comme « Etat et Surveillance, peur et contrôle », ou « L’industrie du bonheur ». (Voir le programme en anglais ci-dessous)

Au total, pendant cette première série du 27 janvier au 4 février, une centaine de cerveaux vont se rencontrer, pour échanger et débattre, dans des contextes parfois inhabituels, comme la « Foire aux idées », le dimanche 30 janvier. En plein marché aux puces de Brooklyn, écrivains, historiens, anthropologues, viendront discuter cheveux… Manière de prouver que « des sujets mineurs, s’ils sont traités correctement, peuvent ouvrir vers un large nombre de discplines ». Le public pourra avoir de courtes conversations singulières avec chacun des six intellectuels installés dans des stands au milieu des vendeurs de bric-à-brac…

Commentaires