Marine Le Pen en starlette à New York

Marine Le Pen et Louis Aliot au gala Time 100 (Credit: Dennis Van Tine/ABACAUSA.COM

Après la “normalisation”, la “glamorisation”. Invitée par Time Magazine, Marine Le Pen est venue à New York en mode tapis rouge.

Vêtue d’une robe longue bleue, au bras de son compagnon Louis Aliot en smoking, la présidente du Front National ne boudait pas son plaisir d’être au milieu des “beautifuls” américains, de Kanye West et Kim Kardashian à Julian Moore et tous les invités qui partagaient avec elle l’honneur d’être parmi les “100 personnes les plus influentes du monde” de 2015 selon Time Magazine. L’économiste français Thomas Piketty, l’un des deux autres Français figurant dans la liste des 100 (avec la scientifique Emmanuelle Charpentier), n’a lui pas fait le déplacement (ni aucun des leaders mondiaux du classement, d’Angela Merkel au Premier ministre indien Modi ou le nord-coréen Kim Jong-un).

Les curieux massés autour du tapis rouge devant le Time Warner Center sur Columbus Circle à Manhattan n’ont aucune idée de qui est Marine Le Pen et, informés, n’en ont cure. Mais elle s’arrête devant la quinzaine de journalistes français venus tendre leurs micros et oreilles.

La “candidate anti-système” se réjouit curieusement d’être reconnue au milieu des puissants et des privilégiés. “C’est un honneur qu’une Française, une politique française, puisse être là ce soir et je crois que c’est la reconnaissance de la prise en compte d’un mouvement politique qui est en pleine dynamique, qui traverse non seulement la France mais aussi l’Europe”. 

Lors de son dernier déplacement à New York, en octobre 2011, Marine Le Pen avait soigné sa stature internationale (avec des rencontres plus ou moins réussies à l’ONU ou au Congrès). Cette fois, elle soigne son image “people”: outre le diner de gala, elle s’est offert une balade en bateau autour de la Statue de la Liberté en compagnie de Paris Match. Mais elle n’oublie pas la politique française et son propre avenir politique puisqu’elle profite de l’interview avec Olivier O’Mahony, le correspondant de Match à New York, pour revenir sur sa “rupture” avec son père avec lequel elle assure “ne plus parler“.