Emmanuel Macron aime la French Tech, pas la NSA

Venu aux Etats-Unis parler de l’attractivité de la France, Emmanuel Macron s’est retrouvé, mercredi soir, à réagir aux révélations de WikiLeaks sur la mise sur écoute par la NSA des trois derniers présidents français, François Hollande, Nicolas Sarkozy et Jacques Chirac.

Il ne s’agit pas ici d’arriver à une rupture des relations diplomatiques ou de conduire à une décision définitive de la sorte. Il faut une réaction exigeante et proportionnée” , a déclaré le ministre de l’économie devant la presse au consulat de France à New York.

Il s’est refusé à faire tout commentaire sur le tweet de l’Ambassadeur de France aux Etats-Unis, Gérard Araud, qui disait que “Tout diplomate vit avec la certitude que ses communications sont écoutées et pas par un seul pays. Monde réel” . “Il appartiendra à Laurent Fabius non pas de commenter mais de tirer les conclusions des actions et réactions de ses ambassadeurs” , a réagi le ministre.

Emmanuel Macron devait assister un peu plus tôt à la clôture de la première journée de la French Touch Conference, mais un retard d’avion l’a forcé à se rendre directement au consulat où une foule dense d’entrepreneurs français l’attendait. Il doit cependant s’y rendre jeudi matin.

Devant eux, le patron de Bercy a vanté les mesures “économiques et culturelles” prises par le gouvernement pour soutenir l’entrepreneuriat en France et “retourner l’économie française” .

La France baignait dans le paradoxe: échouer était une maladie grave et réussir un défaut dont on avait du mal à s’accommoder. Ça rend la vie assez compliquée. Et donc réussir doit être un exemple” .

Le mot ‘entrepreneur’ est français. Nous ne l’avons pas volé, nous l’avons abandonné, a-t-il poursuivi. J’ai besoin de votre ambition, de votre énergie et volonté de faire, furieusement, parce qu’elle est  ce qui inspire notre combat au quotidien. 

Un “French Tech Hub” à New York

Un peu plus tôt dans la journée, l’autre représentant du gouvernement présent à New York, la secrétaire d’Etat au Numérique Axelle Lemaire a elle aussi assuré la “French Tech” new-yorkaise de son soutien en annonçant le lancement d’un French Tech Hub New York, nommé French Tech New York, pour accompagner les jeunes pousses françaises qui veulent se lancer sur le marché américain. Un site regroupant les programmes d’accompagnement, les mentors et les acteurs de la “French Tech” a été lancé. San Francisco et Boston accueillent déjà un French Tech Hub.

Jeudi, Emmanuel Macron doit, pour sa part, petit-déjeuner avec l’Economic Club de New York et des VC (venture capitalists) français et américains, avant d’enregistrer une interview avec Fareed Zakaria sur CNN.

L’après-midi, il se rendra à Boston pour visiter notamment le Harvard Innovation Lab et s’entretenir avec des professionnels de la biotech. Vendredi, son programme comprend une rencontre avec son homologue Jack Lew et David Lipton, le premier directeur adjoint du FMI.