New York, l’harmonica au poing

Yvonnick Prené / Facebook

Infos pratiques

 

Le site d'Yvonnick Prené

"Jour de Fête" sur Amazon

Quand j’étais jeune, mon père collectionnait les CD de blues et de jazz de la collection Atlas“, se souvient Yvonnick Prené.

A l’âge de 7 ans, le jeune harmoniciste a commencé à côtoyer les grandes figures de la musique américaine des années 1930 – 1950. Ne venant pas d’une famille de musiciens, c’est par curiosité qu’ Yvonnick Prené a soufflé ses premières notes dans un harmonica en plastique, trouvé parmi ses jouets. Il ne lui restait alors qu’à marier ces deux découvertes.

Aujourd’hui, le jeune homme de 29 ans est musicien professionnel à New York, berceau du jazz, et a sorti cette année son premier album intitulé “Jour de Fête”. Ce disque jazz qui associe piano, guitare, basse, batterie et voix, a été nommé “Révélation 2013” par Jazz Magazine. Entre temps, Yvonnick Prené a multiplié les représentations de Paris à Berlin en passant pas Los Angeles et les Caraïbes et a eu l’occasion de jouer avec de grandes figures de la musique tels que Manu Katche, Charles Persip, Laurent Cugny, Jason Brown et bien d’autres.

A l’âge de 12 ans, le tout jeune artiste prend ses premiers cours d’harmonica. Quelques années plus tard, diplômé de la Sorbonne en musicologie, il réalise son rêve new-yorkais et vient étudier au City College de New York, à Columbia puis à la New School For Jazz and Contemporary Music. “A mon arrivée aux Etats-Unis, j’ai rencontré le saxophoniste français Jérôme Sabbagh et là j’ai pris une grosse claque, raconte Yvonnick Prené. J’ai alors tout ré-appris : ma vision de l’improvisation, du jazz et de la musique en général ont été entièrement transformés.” Le nombre d’excellents musiciens de jazz venus du monde entier et le peu de travail disponible font que la compétition est rude.

Yvonnick Prené a trouvé dans l’harmonica un moyen d’expression original. “Il y a peu d’harmonicistes de haut niveau dans le milieu du jazz, j’ai donc beaucoup de choses à découvrir par moi-même et c’est ce côté créatif et novateur qui me passionne“, sourit l’artiste. Selon le musicien, c’est l’alternance souffle-aspiration ainsi que la rythmique qui font la difficulté de l’harmonica. “Mais c’est un instrument sensuel et on peut l’emmener partout”, s’amuse t-il.

En fonction du type de soirée et du lieu, le Français joue dans différents groupes mais c’est avec Organ Quartet qu’il souhaite bâtir un réel projet artistique. Composé d’un pianiste, d’un batteur, d’un contre-bassiste et d’un harmoniciste, le groupe propose à la fois des thèmes écrits et des improvisations, des compositions personnelles et des standards de jazz. Ils s’inspirent notamment de Toots Thielemans ainsi que de Kenny Garrett et John Coltrane. “Notre style reprend différents rythmes comme le hip hop, le swing ou le bossa nova. C’est la connexion avec le public qui est le plus important pour nous”, souligne l’harmoniciste. Yvonnick Prené a également monté cette année le groupe Padam Swing qui associe jazz manouche, inspiré par Django Reinhardt, et chansons françaises.

Le jeune artiste prépare déjà un nouvel album de jazz manouche. En attendant vous pouvez aller l’écouter tous les premiers mardis du mois au Garage Restaurant & Café à Greenwich Village.  

Infos pratiques

 

Le site d'Yvonnick Prené

"Jour de Fête" sur Amazon