Le PDG de XL Airways: “Avec Los Angeles, je termine mon premier cycle”

« Avec l’ouverture d’une ligne directe Los Angeles-Paris, je termine mon premier cycle aux USA », explique Laurent Magnin, le patron d’XL Airways de passage à Los Angeles pour le vol inaugural de sa nouvelle desserte, le 1er juin.

Après New York, Miami et San Francisco, la compagnie low-cost française s’est donc créée un port d’attache à Los Angeles. Cet été, XL Airways propose trois vols par semaine depuis Paris, jusqu’à fin septembre : le mercredi, le samedi et le dimanche (le vol du samedi s’arrêtera un mois plus tôt que les deux autres, le 27 août).

Comme pour les autres lignes, XL Airways se limite à une offre saisonnière. La compagnie se donne un an pour accéder à l’équilibre sur cette nouvelle desserte. « C’est le temps habituel qu’il faut pour qu’une compagnie arrive à une certaine rentabilité », explique Laurent Magnin, qui n’avait pas réussi le pari avec sa ligne Paris – Las Vegas en 2011. Il l’a fermée l’année dernière faute de passagers en nombre suffisant. “Globalement 50% de notre clientèle est américaine, mais on a aussi un taux de pénétration très important parmi la communauté française qui vit aux Etats-Unis”.

Le prix des billets Paris-Los Angeles est inférieur à celui d’Air France et Air Tahiti Nui, les deux autres compagnies qui assurent des vols directs sur cette même destination. Sur XL Airways, le tarif minimum est de 699 dollars en classe éco, et 1.199 dollars en classe Premium.

« Il n’existe pas de classe business ou première chez nous. Nous ne sommes pas dans l’idée de décliner un milliard de concepts pour notre clientèle. On est sur des structures light de compagnie aérienne », se défend Laurent Magnin, pour qui ce choix est le seul moyen d’arriver à des tarifs moins chers sur ce genre de vol.

Toujours sur ce même principe, la compagnie XL Airways a choisi de ne voler qu’en avion A 330. « Le concept low cost-low fare c’est aussi de garder une flotte totalement uniforme. »

Pour rentrer dans ses frais, XL Airways fait également payer certains services à bord, comme les tablettes et les boissons (alcool et sodas). En revanche, les repas et le bagage en soute (un seul pour la classe eco, deux pour la premium) sont compris dans le prix, « contrairement à d’autres compagnies dont je ne citerai pas le nom » s’énerve Laurent Magnin. Une allusion à Norwegian Air, une autre compagnie low-cost qui lancera des vols directs Paris-Los Angeles à partir du 29 juillet.

A terme, Laurent Magnin entend proposer en saison des vols quotidiens Paris-Los Angeles, comme c’est le cas depuis deux ans au départ de New York. Ce serait l’aboutissement du premier cycle du programme de XL Airways aux Etats-Unis. Car Laurent Magnin veut écrire un deuxième chapitre, et desservir des villes américaines moins connues des Français, en direct depuis Paris. « Je pense que les correspondances sont difficiles à vivre pour les personnes qui ne sont pas habituées à prendre l’avion ».

Mais cet été, le patron voit une vraie ombre à son tableau : les messages qu’il juge alarmistes du Département d’Etat américain sur les risques d’attaques terroristes en Europe, et qui pourraient décourager de nombreux touristes américains. “Je trouve que l’on exagère beaucoup. L’Europe figure parmi les destinations les plus sûres au monde.”  Il n’allait pas dire le contraire.