Quand “waste”, “war” et “wait” étaient des mots normands

pour en savoir plus sur l'auteur

 

anthony-lacoudre

Avocat de formation, Anthony Lacoudre est franco-britannique. Il est installé à New York depuis 2004.

Il est l'auteur de L'incroyable histoire des mots français en anglais, sur les 25.000 mots français qui se sont infiltrés dans la langue anglaise depuis l'an 1066.

Son site

WASTE intègre l’anglais à la fois comme verbe et comme nom en 1200, importé par les Normands du verbe normand WASTER, équivalent du français GASTER (qui apparaît en français vers 1100, devenu ensuite GÂTER, du latin VASTARE). A l’origine, à la fois en français et en anglais, le verbe signifiait “dévaster, piller, ravager, ruiner” .

Ce mot illustre la longue liste de termes français commençant par G ou GU qui étaient en fait écrits et prononcés W par les Normands et qui ont intégré la langue anglaise sous cette forme. Ainsi, le prénom d’origine allemande Wilhem a-t-il donné Guillaume à Paris et Willaume en Normandie, et est devenu William en anglais.

Dans la même veine, on pourra citer REWARD (du normand REWARD, REGARD en français de Paris), WAGE (du normand WAGE, GAGE en français de Paris), WAIT (du normand WAITIER, GAITIER en français de Paris, devenu GUETTER), WAR (du normand WERRE, équivalent de GUERRE en français de Paris), WARDEN (du normand WARDEIN, GARDIEN en français de Paris), WARRANT (du normand WARANT, GARANT en français de Paris), WARRANTY (du normand WARANTIE, GARANTIE en français de Paris), etc… La plupart du temps, il s’agit en fait de mots franciques (c’est-à-dire importés en Gaule par les Francs) pour lesquels les Normands sont restés fidèles au W germanique alors que les Parisiens ont transformé le W en G ou GU.

On soulignera que les Anglais ont ensuite intégré la version parisienne de certains de ces mots normands puisque co-existent en anglais par exemple REWARD et REGARD, mais avec des sens différents (REWARD signifiant “récompense” alors que REGARD signifie “considération”). De même, après avoir incorporé WARDEN en 1200, les Anglais ont incorporé GUARDIAN en 1320 (du français GARDIEN) puis GUARD en 1420 (du français GARDE).  Enfin, WARRANTY et GUARANTEE  forment un curieux “legal doublet” bien connu des juristes anglo-saxons.

A partir de la seconde moitié du XIème siècle, le normand fut donc la langue parlée par l’élite aristocrate et intellectuelle de l’Angleterre nouvellement installée. Au fil du temps et des interactions entre les différentes classes sociales anglaises, certains mots normands vont peu à peu intégrer le “Old English” . L’emploi de ces mots normands à la cour d’Angleterre fut un sujet de raillerie à la cour de France où l’on considérait que les aristocrates anglais parlaient un français dénaturé. Avec l’arrivée des Plantagenêts à la cour d’Angleterre à partir de 1154 (dynastie issue de la lignée des premiers comtes d’Anjou), le normand sera alors remplacé par du français plus classique. Le français restera la langue officielle du royaume d’Angleterre jusqu’au début du XVème siècle.

En tout cas, la présence de ces mots normands en anglais moderne depuis 800 ans environ en lieu et place du “bel françois” d’Ile-de-France et leur usage quotidien dans l’univers anglo-saxon (c’est-à-dire sur la planète entière) constituent un hommage direct au formidable esprit aventurier des Normands.

pour en savoir plus sur l'auteur

 

anthony-lacoudre

Avocat de formation, Anthony Lacoudre est franco-britannique. Il est installé à New York depuis 2004.

Il est l'auteur de L'incroyable histoire des mots français en anglais, sur les 25.000 mots français qui se sont infiltrés dans la langue anglaise depuis l'an 1066.

Son site