Virginie Marine, une chanteuse française à la conquête de l’Amérique

© Violaine Lenoir

Auteure, mélodiste et interprète, Virginie Marine donne de la voix depuis la Baie de San Francisco, où elle s’est installée il y a cinq ans. Chaque dimanche, la Nîmoise chante en direct sur Facebook et Instagram. Des sessions qui réunissent depuis cet été des centaines de personnes. « Je ne savais pas au départ où ces live mèneraient, mais c’est une belle surprise. Je reçois de très nombreux messages et ressens l’engouement du public » explique l’artiste.

Son mari, Charles Holive, est au piano. Elle, au micro. Ensemble, ils reprennent des morceaux choisis par les fans. Du cabaret aux chansons d’amour. « Il y a une telle chimie entre nous que l’on crée des choses merveilleuses musicalement » précise-t-elle. Et c’est en duo qu’ils ont donc écrit et composé des titres plus personnels. Résultat : un EP intitulé « My One », disponible à partir du 14 novembre. Elle organise un concert de lancement au Back Room. « Je me suis consacrée aux textes et mon mari, aux arrangements. J’ai hâte de voir comment nos propres chansons vont être accueillies. C’est excitant et émouvant », confie la chanteuse.

Le style ? Du piano-voix intimiste pour une pop toute en émotions. Comme « Don’t Want to Say Goodbye », titre déjà diffusé sur You Tube et totalisant plus de 100.000 vues. « Je suis romantique et mes chansons expriment des sentiments. Je me suis inspirée des gens et de la vie autour de moi, des amitiés ou des fusillades de masse ». L’atout principal de Virginie Marine ? Son amplitude vocale. Elle dispose de trois octaves, comme Céline Dion, et s’inspire de chanteuses à la voix puissante comme Whitney Houston, Barbara Streisand ou Hélène Ségara.

Après la sortie de son premier album, auto-produit en 2014, le journal le Point avait d’ailleurs comparé sa voix à cette dernière. Un attribut dont Virginie Marine s’est servi pour faire de sa passion un métier. Elle chante depuis l’âge de 7 ans et n’a jamais arrêté. Concours, pianos-bars, orchestres, jingles radio, voix témoin pour des maisons de disque, castings de comédies musicales et émissions télé : « personne ne fait de musique dans ma famille alors il faut de l’audace et de la persévérance. J’ai participé à de nombreuses émissions comme “Pop Star” lors de la 1ère édition en 2011 ou “Vous avez du talent” sur IdF1 que j’ai remporté quatre fois. Ces shows m’ont permis de me faire entendre et de rencontrer des personnes du métier. »

C’est ainsi que certains noms de la variété française – auteurs, compositeurs ou producteurs – la découvrent et la soutiennent (Richard Sanderson ou Rick Allison par exemple). Pour ce nouvel EP, elle se met à nue avec des textes en anglais : « c’est un challenge de chanter en anglais, mais j’ai beaucoup travaillé et les Américains m’affirment que je n’ai pas l’accent français. La différence ici : on est davantage dans la performance vocale, alors je chante un peu autrement… » explique Virginie Marine.

Ce qui l’anime : l’amour des mots, des notes et l’envie de « créer du souvenir ». « Quand je chante, je me sens vivante et je donne tout ce que j’ai ».