La Ville de White Plains approuve le projet de campus de la FASNY

C’est très probablement la fin d’un long calvaire pour la French American School of New York (FASNY). Lundi 6 novembre, la ville de White Plains a approuvé son projet de campus à cinq voix contre deux, point d’orgue d’un processus semé d’embûches qui aura duré près de sept ans.

Le projet approuvé porte sur un campus d’une capacité de 640 élèves, contre 950 pour le projet initial présenté en 2011. En plus d’un espace vert public et de différentes infrastructures, le nouveau site accueillera les élèves du 6th au 12th Grade. Les écoles maternelle et primaire ont dû être abandonnées.

Dans un communiqué, la FASNY s’est félicitée de ce vote qui “ouvre la voie à notre campus du collège-lycée à White Plains. Ce vote marque le point culminant d’un processus difficile de sept ans qui montre l’engagement de long terme de la FASNY à offrir à nos élèves les meilleurs expériences et infrastructures possibles, et à faire d’eux de fiers citoyens de White Plains“.

L’école avait dû revoir sa copie après des inquiétudes sur la sécurité et la circulation aux abords du site, qui devait regrouper les campus actuels de la FASNY dans le Westchester. En 2015, le conseil municipal de White Plains avait rejeté le dossier présenté par l’école, au plus grand plaisir des nombreux riverains opposés à la construction de ce campus sur les terres d’un ancien club de golf.

Après de nombreuses péripéties, les sept membres du conseil municipal ont décidé d’approuver en septembre 2016 un accord prévoyant l’abandon de poursuites judiciaires entamées par l’école en l’échange de l’approbation d’un projet réduit.

Nadine Hunt-Robinson, une conseillère municipale qui avait voté contre le projet en 2015, l’a finalement soutenu lors du vote de novembre, jugeant les concessions de la FASNY suffisantes. C’est elle qui a donné le vote gagnant au projet – au moins cinq votes étaient nécessaires pour que le feu vert soit donné.

Malgré cette décision, les opposants au projet, venus en masse assister au vote, n’en démordent pas. “Le conseil d’administration est en train d’envisager nos options“, a écrit John E. Sheehan, président de l’association de riverains Gedney Association, dans un e-mail. “Nous sommes très reconnaissants du soutien financier apporté pendant ce long processus, et surtout pendant ces derniers jours. Nos options légales dépendent du soutien continu du quartier et d’autres habitants de la ville qui ont contribué à cet effort“.