Des vers bretons au service de l’US Navy

Pour en savoir plus

 

Le site d'Hemarina

Franck Zal n’a pas vraiment le look du jeune geek lançant sa start-up. Et pourtant, du haut de ses 50 ans, ce docteur en biologie marine est aussi le fondateur d’une des start-ups françaises les plus innovantes dans le domaine biotech et santé. Il y a 15 ans, il découvrait un substitut sanguin universel. Une trouvaille qui pourrait sauver des millions de vies à travers le monde.

Tout est parti d’un simple ver marin, Arenicola marina. Ne pas se fier à son nom latin, on le connaît en fait tous : c’est lui qui laisse de drôles de serpentins dans le sable à marée basse.

Alors qu’il étudie la respiration du ver sur les côtes du Finistère, Franck Zal fait une découverte capitale : “Je me suis rendu compte que son hémoglobine est très proche de l’hémoglobine humaine, en beaucoup plus efficace avec une capacité à délivrer de l’oxygène 50 fois plus importante que l’hémoglobine humaine. Et surtout, cette hémoglobine peut convenir à tous les groupes sanguins” ,  explique-t-il. Tel un savant fou, il commence alors les expériences sur de petits animaux : “On les a vidés de leur sang et on les a transfusés avec notre transporteur d’oxygène. Ils ont survécu !

C’est le début d’une belle histoire pour Franck Zal. Il quitte le CNRS et créé à Morlaix sa propre boîte, Hemarina, avec des investisseurs privés, puis multiplie les levées de fonds grâce à des résultats de recherche toujours très encourageants.

Une des applications principales du produit est une solution pour conserver les greffons baptisée Hemo2life. “En attendant une greffe, pendant le transport par exemple, on va placer l’organe dans notre solution pour mieux l’oxygéner, poursuit Franck Zal. On va ainsi pouvoir allonger le temps de conservation et améliorer la qualité des greffons à transplanter” . Quand on sait que 20% des greffes échouent à cause d’une mauvaise conservation du greffon, cette découverte est révolutionnaire. Les essais cliniques sur des transplantés ont commencé et les résultats sont prometteurs. La solution d’Hemarina devrait être commercialisée en 2018.

Deux autres applications ont été imaginées et développées par Hemarina. D’abord, les pansements thérapeutiques permettant de cicatriser les plaies grâce à l’intégration de l’hémoglobine du ver. Ensuite, l’hémoglobine en poudre qui peut être reconditionnée sous forme liquide pour traiter certaines pathologies de type anémique ou encore des pathologies liées à des problèmes de circulation sanguine.

Pourtant, le chercheur refuse de parler de sang de substitution. “Ce n’est pas un sang artificiel, je n’aime pas ce terme, précise le docteur Zal, car dans le sang il y a aussi des globules rouges, des globules blancs, des plaquettes, des hormones…. Je préfère parler de transporteur d’oxygène thérapeutique. Notre sang est donc plutôt un produit d’urgence”.

Une start-up française qui séduit les Etats-Unis

Un produit qui a tapé dans l’œil de l’US Navy. L’armée américaine a entendu parler de la découverte bretonne et a proposé à Hemarina une collaboration. Depuis deux ans, les militaires essaient ainsi de développer un produit capable d’oxygéner le cerveau quand celui-ci a été soumis à un traumatisme causé par des explosions.

Pour faciliter cette collaboration avec la Navy, Franck Zal a ouvert un bureau à Boston, la place incontournable pour toute start-up spécialisée dans le domaine médical. Aujourd’hui, Hemarina rêve d’un vrai ancrage aux Etats-Unis : “Nous ambitionnons d’être plus présents pour étendre notre marché, et d’être crédibles auprès de nos clients” , explique le patron.

C’est dans ce but que la société de Morlaix a participé fin octobre au MedStartup, créé par Ubifrance en association avec la fondation Galien et le consulat général de France à New York. Objectif pour la jeune pousse: se créer un réseau américain et de rencontrer de possibles partenaires et investisseurs. “Ce programme a été très bénéfique, reconnaît Franck Zal. Il nous a offert beaucoup de visibilité et il a validé nos technologies puisque nous avons reçu le prix Galien MedStartup “. Résultat immédiat : Hemarina cherche à recruter aux Etats-Unis pour faciliter de futures relations commerciales.

Pour la matière première, en revanche, il faudra toujours compter sur le ver breton. En effet, Arenicola marina se trouve uniquement sur les plages d’Europe, et seulement entre la Mer du Nord et Biarritz. Ses cousins d’Amérique ou d’Asie n’ont pas du tout les mêmes vertus et pourraient même provoquer des réactions immunitaires. Pour satisfaire ses besoins industriels, Hemarina a installé à Noirmoutier une ferme aquacole. Un bassin géant de 2000 m2 avec une eau à la température comprise entre 13 et 17 degrés. Si, à terme, la start-up bretonne devait produire aux Etats-Unis, il faudrait donc importer des embryons bretons.

Pour en savoir plus

 

Le site d'Hemarina

- Services -