Une spécialiste de l’éducation pour les Français de l’étranger

Yamina Benguigui n’aura pas fait long feu en tant que ministre déléguée aux Français de l’étranger. Si la réalisatrice conserve le portefeuille de la Francophonie, c’est la Sénatrice socialiste des Français de l’étranger Hélène Conway qui s’occupera des Français établis hors de France au sein du gouvernement Ayrault II, dont la composition a été annoncée jeudi par le secrétaire général de l’Elysée, Pierre-René Lemas.

Sur son site, Mme Conway indique son engagement politique est né en 1997, lorsqu’elle a créé la section PS de Dublin. Elle a également été membre du Bureau fédéral des Français du Monde-ADFE au sein duquel elle était chargée de l’Education, puis de la culture et de l’audiovisuel. Elle a été élue à deux reprises (en 2000 et 2006) à l’Assemblée des Français de l’étranger. Au sein de l’assemblée, elle a présidé pendant trois ans la commission temporaire pour la formation professionnelle et une sous-commission pour l’emploi et la formation professionnelle. Elle devient sénatrice en septembre 2011.

Connaissance de l’éducation française à l’étranger 

En tant que ministre déléguée aux Français de l’étranger, Mme Conway sera chargée de mettre en application le programme de François Hollande pour les Français hors de France. Parmi les mesures phares : la suppression de la Prise en charge (PEC) dans les lycées français de l’étranger au profit d’un système de bourses attribuées sur critères sociaux. Des «priorités» soutenues par l’ancienne sénatrice lors de son mandat. Sur son site, elle souhaite notamment l’introduction d’un plafonnement des frais de scolarités, le soutien aux filières bilingues dans les écoles nationales, l’application des mêmes droits au soutien financier que pour le réseau AEFE, ou encore la pérennité et l’augmentation des crédits FLAM (Français Langue Maternelle) », des programmes extrascolaires d’enseignement du français. Mme Conway est, en outre, membre du Conseil d’administration de l’Agence pour l’enseignement français à l’étranger (AEFE) et membre du Conseil d’administration de l’Institut des hautes études de défense nationale (IHEDN).