Une mauvaise réputation, des rumeurs et des burgers

Les Roms sont tristement célèbres désormais. La presse américaine continue de se passionner pour la très controversée politique d’expulsion française. Mais cette semaine, le point de vue est différent. Dans son article du NYT, Alison Smale donne la parole – et en profondeur – à l’Europe de l’Est. La journaliste explique que les Français seront bientôt plus occupés par des débats “plus proche de leur porte-monnaie“, mais “pour le reste de l’Europe, la mémoire ne s’effacera pas si vite“. Karel Schwarzenberg, ministre tchèque des affaires étrangères, explique ainsi que “( les Tchèques, ndlr) regardent toujours la France comme une fenêtre sur la démocratie et la liberté“. Un pays qui a toujours été un “refuge pour les étrangers“. Plus maintenant…

Et puis, dans le couple Sarkozy, la femme n’est pas en reste. Carla Bruni est au coeur des polémiques cette semaine. Alors que l’Iran l’a qualifiée de “prostituée” parce qu’elle a osé soutenir la cause d’une femme iranienne condamnée à mot pour adultère, elle est aujourd’hui au coeur d’une bataille juridique. Le Mail Online rapporte dans un article qu’un livre sur sa “vie secrète et ses amants” serait en cours d’écriture: “Les avocats de la troisième femme du président Nicolas Sarkozy se préparent à combattre  l’écrivain (du livre, ndlr) Besma Lahouri“. Le livre et son contenu exact restent secrets, enfermés chez la maison d’édition Flammarion rapporte le journal. Et le journaliste rappelle ironiquement que Carla bruni avait déclaré “la monogamie m’ennuie” juste avant de se marier avec Sarkozy…Mais analyse l’article “ce n’est pas le coup le plus dur pour Miss Bruni qui doit faire face actuellement à des accusations de l’Iran qui la traite de prostituée“.
La journaliste Dana Chivvis de AOL News considère dans un article que les Français ont mieux à faire que de s’occuper de ces cancans: “Est-ce que ce livre et les secrets qu’il promet de révéler causera une grande agitation? Probablement pas“. Une telle chose provoquerait sûrement des remous énormes aux Etats-Unis mais en France, remarque la journaliste, “le gouvernement français est tristement célèbre pour ses scandales“…

Et enfin, on se souvient de la polémique qu’avait suscité il y a quelques mois la création d’un Quick Hallal en région parisienne. Le sujet revient sur le tapis avec un groupe local musulman de Paris qui soupçonne ces hamburgers de ne pas être réellement soumis à la tradition hallal: un article de Reuters rapporte que “(pour eux, ndlr) Quick est trop rapide dans son choix des ingrédients en dehors de la viande, le pain, les frites, les condiments“. Sur le même sujet, le Washington Post livre une analyse rigoureuse de ce que représente en réalité la confection de burgers hallal: un énorme marché. Dans son article Angela Doland, explique que “c’était (pour Quick, ndlr) une décision lucrative – Quick dit qu’elle a doublé ses ventes dans les restaurants concernés. Cette décision ouvre aussi un nouveau chapitre dans la guerre constante sur comment la société devrait s’adapter aux traditions musulmanes“. Un regard intéressant sur “ce que c’est qu’être Français“.