Un peu de poésie au Botanical Garden

La nature est un temple où de vivants piliers / Laissent parfois sortir de confuses paroles / L’homme y passe à travers des forêts de symboles / Qui l’observent avec des regards familiers” écrivait Charles Baudelaire. Ce passage de  “Correspondances” (Les Fleurs Du Mal) résume l’expérience que propose le New York Botanical Garden à l’occasion de Monet’s Garden, une exposition aux multiples facettes consacrée à Claude Monet comprenant notamment une reproduction des jardins de Giverny.

Grâce au Jane Watson Perennial Garden et le Levy Visitor Center, en collaboration avec la Poetry Society of America, les poèmes de Mallarmé, Verlaine, Arthur Rimbaud (1854-1891) et Charles Baudelaire (1821-1867) ont été astucieusement parsemés dans les coins et recoins du Botanical Garden. Un plongeon chez les contemporains de Monet, dans un monde littéraire, où les métaphores, les jeux de mots explosent les expressions et les conventions.

Cette initiative, intitulée “Monet to Mallarmé”, rend hommage aux salons que Stéphane Mallarmé (1842-1898), une figure importante du Symbolisme français en poésie, organisait, les mardis soirs, dans sa maison à Paris. Paul Verlaine en était un des participants, tout comme les écrivains Oscar Wilde et W.B Yeats et les peintres Monet et Edouard Manet. Ces “Mardistes” étaient stimulés par le travail de chacun. Il arrivait par exemple aux peintres de coucher sur toile les travaux des auteurs.

 Infos pratiques:

“Monet to Mallarmé”: jusqu’au 21 octobre. The New York Botanical Garden, Monet’s Garden, 2900 Southern Boulevard, Bronx. Les poème sont en français et en anglais. Ouvert du mardi au dimanche de 10h à 18h. Plus d’informations ici. Réservation des tickets ici

Crédit Photo: E. Jones