Un monde d’images à l’ICP

Wang Qingsong: When Worlds Collide

Premier musée à acquérir des travaux de Wang Qingsong pour sa collection permanente en 2001, l’ICP inaugure la plus importante exposition américaine jamais consacrée à cet artiste chinois. Un des artistes contemporains les plus novateurs de son pays, Wang Qingsong passe de la peinture à la photographie à la fin des années 90. Basé à Beijing, Wang Qingsong apporte un regard ironique et critique sur son pays et ses excès, ou plutôt sur ce qu’il appelle sa “splendeur superficielle”.

La rétrospective présente trois vidéos et une douzaine de photographies aux couleurs saturées, souvent monumentales (certaines mesurent plus de 6 mètres de long) et shootées en studio, mettant en scène des dizaines de modèles. Dans le collimateur de l’artiste, la consommation de masse à l’occidentale, et sa confrontation récente avec la culture et l’histoire chinoise, à laquelle les travaux font très souvent référence. Partagé entre l’attachement profond à son pays et la consternation face aux excès du XXIe siècle, l’artiste met en lumière les enjeux auxquels fait face la Chine d’aujourd’hui, comme le bouleversement des valeurs ou encore tensions sociales dues aux flux massifs de travailleurs immigrants dans les villes.

Jasper Texas : The Community Photographs of Alonzo Jordan

En 1998, la petite bourgade texane de Jasper est bouleversée par l’assassinat barbare d’un Afro-Américain de quarante-neuf ans, James Byrd Jr. Les médias internationaux qui ont couvert l’évènement ont rarement révélés l’histoire et la complexité de la vie sociale de cette communauté. Peu d’intérêt a notamment été porté à Alonzo Jordan (1903–1984), qui avait notamment réalisé le portrait de Byrd le jour de sa remise de diplôme. Pendant plus de quatre décennies, ce leader local a immortalisé les évènements civiques et autres rituels sociaux (mariages, enterrements, parades, remises de diplômes, cérémonies…) de la communauté Afro-Américaine de Jasper et de sa campagne environnante. Ses photographies, véritable chronique de la vie quotidienne de cette partie du Texas marquée par la ségrégation, révèlent le talent de “photographe communautaire” d’Alonzo Jordan.

Take me to water : Photographs of River Baptisms

Aux Etats-Unis, les
 rituels religieux se déroulent rarement en public. Une exception, la tradition des baptêmes par immersion dans une rivière. « Take me to water » regroupe une quarantaine de cartes postales de ces rites communautaires en plein air qui prolifèrent dans le Sud et le Middle West entre 1880 et 1930. Manifestations publiques de foi pratiquées par des centaines de Protestants et dont étaient témoin les communautés locales, ces baptêmes sont en effet devenus l’objet d’images d’Epinal, surtout durant l’âge d’or de la carte postale – de la fin des années 1890 au début des années 1920. Comme en témoignent les textes rédigés dans leur dos, les cartes postales présentées regroupent cependant des correspondance bien différentes. D’un côté, les photographies originales, qui se destinaient à la famille ou aux amis des membres de la communauté qui avaient participé ou assisté au baptême. De l’autre, les reproductions fabriquées en masse, stéréotypées et sarcastiques, et achetées par les touristes (souvent du Nord des Etats-Unis) qui ne manquaient pas de tourner en ridicule ces pratiques “exotiques” et “primitives”…

The Mexican Suitcase

Enfin, un passage par le premier étage de l’espace avec « The Mexican Suitcase ». Pour la première fois de son histoire, l’ICP prolonge une de ses expositions. Ouverte en Septembre dernier, elle dévoile une centaine de négatifs, fragment d’une collection de pas moins de 4,500 négatifs considérés comme perdus depuis 1939 et retrouvés il y a peu. Dedans, des travaux de Robert Capa, Chim (David Seymour) et Gerda Taro sur la Guerre Civile Espagnole, autant d’oeuvres nouvelles de ces trois photographes cultes du XXe siècle. En immortalisant aussi bien des scènes de batailles que les effets de la guerre sur les civils, ces trois jeunes photographes intrépides et audacieux offrent un panorama détaillé et complet de cette guerre qui a changé le destin de l’histoire européenne. Des coupures de presse de publications internationales, notamment des magazines français Regards et Vu, replacent quant à elle le conflit dans son contexte historique. Républicains engagés dans la cause anti-fasciste qui ont risqué leurs vies pour témoigner du conflit, Capa, Chim, et Taro posent les bases de la photographie de guerre et du photojournalisme, toujours d’actualité au XXIe siècle. Ne manquez pas non plus les portraits de Capa et Taro par Fred Stein, ainsi que ceux jusqu’alors inconnus d’Ernest Hemingway, Federico Garcia Lorca et Dolores Ibarruri (“La Pasionaria”).

International Center of Photography, 1133 Avenue of the Americas (& 43rd Street)

Jusqu’au 8 Mai