Un Français nommé chef de la photo au MoMA

(Erratum: une première version de cet article contenait une photographie de Quentin Bajac publiée sans l’autorisation de son auteur, Yan Morvan, ni du propriétaire de la photgraphie, La Lettre de la Photographie. Nos excuses a M. Morvan et à La Lettre de la Photographie).

————————————————–

C’est autant une joie qu’une responsabilité d’avoir été choisi”. Quentin Bajac, 47 ans, a été nommé début juin conservateur en chef du département de la photographie au Museum of Modern Art (MoMA). En janvier 2013, il succédera à Peter Galassi, qui a pris sa retraite en 2011, après trente ans passés au musée.

Quentin Bajac sera le premier non-Américain à occuper ce poste, auquel de grands noms de la photographie, comme John Swarovski (1962-1991) ou Edward Steichen (1947-1962), se sont succédés. “En tant que Français, et en tant qu’Européen, je pourrais apporter un autre regard, un oeil différent, des lectures de travail différentes”, estime M. Bajac.

Entré au Musée d’Orsay en 1995, il reste conservateur au sein du département de la photographie pendant huit ans, avant d’être nommé, en 2003, conservateur de la photographie au Centre Pompidou. En 2007, il devient conservateur en chef, mettant en place de nombreuses expositions, parmi lesquelles “Dreamlands” (2010) et “La Subversion des images : surréalisme, photographie, film” (2009).

Il s’agira donc de la première expérience à l’étranger pour Quentin Bajac. “ Je ressens plus d’excitation que d’appréhension”. Son travail consistera, comme au centre Pompidou, en l’enrichissement et la diffusion des collections photographiques et l’organisation d’expositions. “Le même travail, mais avec des méthodes différentes”, résume-t-il. Avec plus de 25 000 oeuvres, dont les premières collectées dans les années 1930, la collection de photographies du MoMA est l’une des plus importantes au monde. “C’est une étape très importante de ma carrière (…) Être nommé directeur d’un département au MoMA implique une projection à long terme”.

Quentin Bajac terminera les travaux commencés au centre Pompidou. Il s’installera ensuite à New York, “pour un grand nombre d’années”.