Un Corse et un Ch’ti entrent dans un bar à bière…

Quand Audrey Saint-Léger entre dans un bar new-yorkais et parle des bières françaises, la réaction est unanime: “des bières françaises? Jamais entendu parler”… Bref, il y a plus facile que d’essayer de vendre de la bière frenchie à des Américains pour qui France rime avec vins et gastronomie, mais pas avec pression. C’est pourtant le métier d’Audrey, recrutée il y a deux ans par deux petits brasseurs français, dynamiques et ambitieux. D’un côté, un nom connu des amateurs français, Jenlain, synonyme de “bière de garde” depuis plus d’un demi-siècle. De l’autre, Pietra, l’enfant de deux Corses, Armelle et Dominique Sialelli qui eurent l’idée dans les années 1990 d’inventer une ‘bière corse’.

En France, les deux brasseries vont leur bonhomme de chemin. Avec 40 millions d’euros de chiffre d’affaires pour Jenlain et 11 millions pour Pietra, ils profitent d’une croissance à deux chiffres et de l’engouement nouveau dans l’hexagone pour les “bières artisanales” (sur un marché encore archi-dominé par les brasseurs industriels). Mais à l’étranger, et aux Etats-Unis en particulier, c’est une autre histoire. L’export est encore une nouveauté pour les deux entreprises (5% du volume chez Jenlain et 7 % chez Pietra) et l’immensité du marché américain est impressionnante. “Du coup, nous avons décidé de nous unir, raconte Raymond Duyck, la patron de la brasserie Duyck-Jenlain, et arrière petit-fils du fondateur. Nous avons un importateur commun, un distributeur commun”. Et ils ont recruté Audrey Saint-Léger, “brand ambassador”, chargée de promouvoir les deux marques dans les bars et restaurants new-yorkais en particulier.

Pour les deux PME, l’investissement est conséquent “et il ne sera sans doute pas rentabilisé avant un an ou deux”, mais la mode de la “craft beer” (bière artisanale) et des bars spécialisés les sert. “Il y a une vraie curiosité des consommateurs américains, constate Raymond Duyck, et la mode du “local” nous ouvre la voie, pour peu que nous ayons une belle histoire à raconter”. Et de ce côté là, les deux brasseurs ont tout ce qu’il faut. Comme la bière blanche de Pietra, infusée aux herbes du maquis. Ou la bière ambrée, toujours de Pietra, faite à base de farine de châtaigne. “Quand nous avons créé Pietra, en 1996, nous voulions créer un lien entre la Corse et la bière, sur une terre où il n’y avait pas de tradition de brasserie, raconte Dominique Sialelli. Et puisque la céréale corse par excellence c’est la farine de châtaigne, on a fait de la bière avec!”.

Résolument haut-de-gamme, les bières françaises bénéficient aussi de ce que Raymond Duyck appelle “l’ouverture” du consommateur américain, ou autrement dit l’absence de snobisme: “ici, dit-il, on vend nos bières dans des cina étoiles, ce serait inimaginable en France!”.

A l’occasion de la New York Craft Beer Week, du 16 au 25 septembre, Jenlain et Pietra et  sept d’autres brasseurs artisanaux français (regroupés au sein de “French Craft Brewers”) organisent une série d’évènements pour promouvoir la bière française:

-Du vendredi 16 septembre au samedi 24 septembre: Le Groupe Forgeois  (Cercle rouge, Café Noir, Singe Vert, Jules Bistro et Bartabac) offre un menu spécial bière toute la semaine.

-Vendredi 16 septembre: dégustation chez DBGD (Daniel Boulud). Sur invitation seulement.
– Samedi 17 septembre: all day french craft beer The Ginger Man (11 E 36TH ST between 5th avenue et Madison Av).
– Dimanche 18 septembre: Dégustation Whole Foods Bowery (1pm à 4pm).
– Mercredi 21 septembre: Rencontre VoilaNewyork à 5:30pm à Lyon.
– Vendredi 23 septembre:  Wholefoods Columbus circle; 3pm à 7pm.
– Samedi 24 septembre: Wholefoods Tribeca de 4pm à 8pm.