Comment trouver une colocation à New York à distance ?

Quand on décide de venir s’installer à New York pour un stage ou pour étudier, trouver un logement n’est pas une mince affaire. La colocation reste la meilleure des solutions pour éviter de se ruiner. Mais comment faire pour trouver la perle lorsqu’on est encore en France ?

Conseil de base: trouver sa colocation à distance, c’est possible. Il faut néanmoins rester méfiant. Les offres sans photos, les annonceurs qui ne répondent pas ou peu, les sommes exorbitantes demandées sont autant de drapeaux rouges. Demandez toujours à voir le maximum de photos ou à faire, si possible, une visite virtuelle par Skype ou Facetime. Un conseil : prenez un Airbnb pour les premiers jours, même si vous pensez avoir trouvé la perle rare.

L’incontournable : Les Frenchy à New York

Impossible pour un Français de venir s’installer à New York sans passer par ce groupe Facebook. Entre bons plans, sorties, mises en contact, vous trouverez aussi de précieux conseils sur les logements et même des annonces pour des chambres. L’aspect pratique : vous communiquez en français et il est plus facile d’avoir confiance ! Le but de ce groupe est de se serrer les coudes entre Français.

Aussi en VF: les Petites Annonces de French Morning

C’est votre autre option en français pour trouver une colocation. Les Petites Annonces de French Morning permettent de rentrer en contact avec des lecteurs de votre site favori qui mettent une chambre à disposition. Le “plus”: c’est gratuit.

L’inévitable : Gypsy Housing

Toujours sur Facebook, découvrez Gypsy Housing. C’est une vraie agence immobilière new-yorkaise en ligne. Vous trouverez un tas d’annonces de colocations, partout dans New York et pour tous les budgets. L’inconvénient : la plupart des annonces sont américaines, il vous faudra travailler un peu votre anglais. Mais le groupe est alimenté quotidiennement, vous ne saurez plus où donner de la tête. « J’ai trouvé ma chambre sur Gypsy Housing, j’ai parlé au téléphone avec ma future colocataire et elle m’a aidée dans toutes les démarches pour que ma demande soit acceptée par la propriétaire. Tout s’est bien passé et j’ai pu poser mes valises dans ma chambre dès mon arrivée à New York », explique Mathilde Waldt, étudiante.

Le douteux : Craigslist

Craigslist, c’est un peu Le Bon Coin américain. Donc forcément, vous y trouverez absolument de tout. Comme sur le site français, il faudra s’armer de patience si vous souhaitez trouver la perle. « Au début, je suis passée par Craigslist pour trouver une chambre. Il y avait beaucoup d’annonces douteuses, j’ai obtenu très peu de réponses et les annonces ne contenaient pas de photos… », témoigne Sophie Caburet, en stage à New York. Si vous décidez de passer par ce site de petites annonces, assurez-vous bien de pouvoir visiter votre chambre virtuellement et de ne rien verser avant. Gardez à l’esprit que les annonces qui paraissent trop belles pour être vraies sont sans doute… trop belles pour être vraies.

Le formel : Spaceroom

Spaceroom est un site dédié à la colocation. Vous y rentrez vos critères (budget, quartier…) et un lot d’annonces s’offre à vous. Les annonceurs peuvent même émettre des souhaits sur le colocataire qu’ils veulent. Vous pouvez être en contact avec des agences ou des particuliers. « Après être passé par plusieurs sites, j’ai trouvé une chambre sur Spaceroom. Le colocataire m’a fait visiter la chambre par Skype, c’était rassurant. J’ai dû payer des frais de caution et le premier mois de loyer sans avoir vu l’appartement physiquement. C’était un risque mais tout s’est très bien passé finalement », confie Sophie Caburet.

L’appli : Roomi sur iOS et Google Play

Roomi, c’est le Tinder pour trouver sa future colocation. On “swipe”, on “matche” et on discutez avec le/ la futur(e) colocataire. Avant d’arriver sur l’application, il faudra renseigner le type de colocataire que vous êtes : plutôt fêtard, plutôt calme, étudiant, si vous aimez les animaux, si vous aimez recevoir de la visite, combien de fois vous nettoyez votre appartement… Et une liste de chambres s’offre à vous avec un(e) colocataire avec qui vous pourrez échanger. ” J’ai swipé les annonces jusqu’à ce que je matche avec une des colocations ! On a échangé et je me suis installé à mon arrivée”, raconte Clément Darnind, doctorant.