Pour travailler mieux, faites comme les Français!

Revue de presse. La revue de presse s’ouvre sur une note sombre cette semaine. Encore une fois, la situation politique de la France a été au centre des préoccupations des médias américains.

Le New York Times exprime ses inquiétudes au sujet de l’avenir de la France, avec un éditorial sobrement intitulé “La résistance française en pleurerait“. “Nous vivons une époque étrange“, nous dit l’auteur Sylvain Cypel, ex-journaliste au Monde, à propos de la coïncidence des commémorations de la libération de Paris et des récents succès électoraux du Front National, “parti créé en 1972 par les héritiers idéologiques du régime de Vichy“. Après avoir retracé l’histoire politique de l’après-guerre, il déplore l’actuelle remise en cause des idées tirées du programme du C.N.R. D’après lui, “la désintégration du modèle social français explique en grande partie la montée du Front National“.

Le hameau “La-Mort-Aux-Juifs”

Dans le contexte du conflit israélo-palestinien,  la presse s’est ruée sur l’affaire du hameau “La-Mort-Aux-Juifs”. Rappelons-le, cette petite bourgade du Loiret au nom suprenant a acquis récemment une triste notoriété internationale lorsque le Centre Simon Wiesenthal a demandé au ministre de l’Intérieur de bien vouloir modifier le nom du lieu.

Le Wall Street Journal et le New York Daily News s’étonnent d’ailleurs que ce nom vieux de plusieurs siècles n’ait pas été changé avant.  La comparaison est souvent tracée avec les nombreuses villes américaines qui avaient, pour la plupart, éliminé le mot “Negro” de leurs appellations, après le mouvement des droits civiques des années 1960.

Le papier du Wall Street Journal, titré “Ces villageois français qui veulent continuer à vivre dans un endroit appelé La-Mort-Aux-Juifs“, est sans doute celui qui va le plus loin. S’appuyant sur l’hostilité de certains conseillers municipaux à la rebaptisation de la localité, le quotidien dresse le portrait d’une Europe hostile aux populations juives : “Les juifs français sont de plus en plus inquiets des fortes tendances anti-sémites, qui ne sont pas seulement liées au conflit de Gaza“. Alors, les habitants de l’Hexagone seraient-ils antisémites ? Le WSJ le suggère, chiffres du U.S Anti-Defamation League à l’appui. “37% des Français ayant répondu au sondage ont des attitudes anti-Juifs, soit bien plus que la moyenne européenne, qui est de 24%.

Travailler mieux

Autre région, toute autre ambiance, le New York Times fait honneur à la Côte d’Azur en publiant non pas un, mais deux articles mettant à l’honneur notre littoral. Pas question cette fois de xénophobie ou du Front National (dont la région est pourtant l’un des bastions), l’auteur de l’article “36 heures à Nice” préfère nous parler “soleil toute l’année, mer méditérannéenne, architecture Art Deco et Belle Epoque“. L’une de ses collègues, de son côté, encense sa petite voisine, Eze, “au charme discret, sans paparazzi ni starlettes“. Une Côte d’Azur moins bling-bling et cliché, que nos amis américains ont l’air d’apprécier.

Vacances toujours. Comme le constate The Atlantic , “à chaque mois d’août, Paris connaît une transformation rapide“, lorsque les touristes venus des quatre coins du monde remplacent les autochtones partis chercher le soleil sous d’autres tropiques. Les Français et leurs 31 jours de vacances par an sont les champions du farniente.

Mais aussi de la productivité, apparemment, puisque l’auteur tire du rythme de travail français une leçon à appliquer aux Etats-Unis, “pour travailler mieux, travaillez moins“. Se tuer à la tâche 17 heures par jour, à l’image de certains employés yankees, serait tout sauf efficace, la productivité diminuant au fil des heures passées au bureau. Mais pourquoi s’acharnent-ils alors, se demande tout bon Français depuis son transat’? Un élément de réponse est apportée par The Atlantic: “Lgrand prestige social, et l’image d’homme sérieux que cela apporte“. Reste que “travailler trop est au mieux inutile, au pire dangereux“. On ne nous le dira pas deux fois.