Pourquoi les transitions présidentielles sont-elles si longues aux Etats-Unis ?

Vue de France, la transition présidentielle aux Etats-Unis est excessivement longue. Entre le moment où un président est élu, en novembre, et le moment où il entre en fonction, en janvier, s’écoule une période de deux mois et demi. Un long moment, donc, en comparaison avec les quelques jours que prend la passation de pouvoirs en France. Pourquoi ? C’est la question bête de la semaine.

Tout d’abord, un peu d’histoire. La transition présidentielle aux Etats-Unis n’a pas toujours duré deux mois et demi: elle était encore plus longue il y a trois siècles. Ainsi, aux débuts de la République, le deuxième président américain John Adams n’a pris ses fonctions que le 4 mars. Ce n’est qu’à partir de 1952, avec le Républicain Dwight D. Eisenhower, que le président prend ses fonctions le 20 janvier. Cette durée est inscrite dans le 20e amendement de la Constitution américaine.

Mais comment se passe cette transition? Ce processus est réglementé par les Presidential Transition Act de 1963 et 2015. Ils permettent à la General Services Administration de fournir au président élu et son vice-président des fonds d’environ cinq millions de dollars ainsi que différents services pour former et installer le personnel du nouveau gouvernement. Une loi validée par le Congrès américain en 2016 exige que le président en fonction établisse des conseils de transition avant le mois de juin de l’élection présidentielle, afin de faciliter le processus.

Mais selon Steven Brams, professeur à NYU et spécialiste des élections américaines, la durée de la transition n’est pas jugée si longue aux Etats-Unis. “Je pense que cette durée est utile, étant donné que le nouveau président doit se préparer à entrer en fonction. Et cela signifie recruter de nouvelles personnes, s’entretenir avec elles et vérifier leurs antécédents avant d’être engagées.”

Autre raison: “Aux Etats-Unis, nous n’avons pas de système parlementaire, comme dans la plupart des pays d’Europe, où la personne élue est déjà en fonction” . C’était le cas en 2016: Hillary Clinton et Donald Trump n’occupaient pas de postes électifs au moment de leur campagne. “Il faut encore une grande préparation pour assumer les devoirs d’un président.”

De plus, rappelle Steven Brams, les membres du “Cabinet” du président doivent être approuvés par le Sénat à la majorité simple, ce qui implique de longues discussions pour savoir quelle personne serait acceptable ou non. “Il ne s’agit pas simplement de nommer votre propre équipe, il faut l’approbation du Congrès, et c’est un processus de négociation qui prend du temps.”