Pourquoi tourner ses roues en stationnement à San Francisco ?

(Credit : Klervi Drouglazet)

Dans les rues pentues de San Francisco, il y a toujours quelque chose de travers. Les gens ? Les maisons ? Les pancartes ? Non ! Les roues des voitures garées sur le côté de la rue. En regardant de plus près, ce refus de parallélisme avec le trottoir pourrait laisser penser que ce créneau est l’oeuvre d’un conducteur peu expérimenté ou alors légèrement enivré. Mais en réalité, cette pratique de stationnement est tout simplement dictée par la loi.

Ce travers ne date pas d’hier. Braquer ses roues lorsque l’on stationne dans une rue en pente est inscrit dans le code de la route de Californie depuis 1959. Le manuel du Department of Motor Vehicles californien explique aux futurs conducteurs : « dans une rue en pente, il faut tourner ses roues afin que le véhicule ne dévale pas la rue en cas de rupture du frein à main. »

De travers dans quel sens ?

C’est une question de bon sens. Il faut toujours se demander : « si le frein à main lâche, dans quelle direction part la voiture ? ». La San Francisco Municipal Transportation Agency indique qu’il est « interdit de se garer dans le sens inverse de la circulation » donc cette règle implique que vous soyez toujours garés dans le sens de la circulation, sur la droite de la chaussée.

Si vous vous vous garez dans le sens de la descente, il faut braquer ses roues avant vers la droite, de façon à ce que l’avant de votre pneu droit touche le trottoir. À l’inverse, si vous stationnez dans le sens de la montée, les roues doivent être tournées vers la gauche.

Et s’il n’y a pas de trottoir ? Le code de la route indique : « en l’absence de trottoir, tourner vos roues de façon à ce que le véhicule ne roule pas vers le centre de la chaussée, si le frein à main rompt ». Cette règle s’applique dans toutes les pentes dont l’inclinaison est supérieure ou égale à 3 % (1,7 degrés). Si vous n’avez pas la règle à niveau dans l’oeil, pas de panique, le “Parking Guide” de la Municipal Transportation Agency de San Francisco met un lien à disposition. Il s’agit d’une carte du Department of Public Works, plutôt pratique, pour connaître l’inclinaison d’une rue.

Applicable à toutes les collines de Californie, c’est à San Francisco que cette façon de se garer déroute le plus les conducteurs. D’une part parce que la ville est truffée de rues abruptes mais aussi parce que les amendes de stationnement pleuvent. Selon le barème en vigueur depuis le juillet 2015, un conducteur qui ne tourne pas ses roues dans une pente est passible d’une amende de 62 $ (le montant était de 60 $ en 2014).

Cette règle, bien connue des San-Franciscains, est loin d’être évidente pour les nouveaux arrivants. Sur Reddit, Yelp ou encore Tripadvisor, des centaines de commentaires débattent de cette pratique de stationnement. Certains s’offusquent à la suite d’une amende, allant jusqu’à partager une capture d’écran de Google Maps pour justifier que la rue n’était pas si pentue que cela. Ce à quoi, de nombreux habitants de la Fog City répondent : « Tournez toujours vos roues à San Francisco, peu importe l’inclinaison de la pente ! ».

- Services -
PARTAGER
Photo du profil de Klervi Drouglazet
Jeune journaliste bretonne, Klervi a écrit ses premières lignes dans les pages du journal Ouest-France avec qui elle continue de collaborer. Après des études de Sociologie et de journalisme, elle a vécu six mois à Athènes puis a traversé les États-Unis en auto-stop pour finalement poser son clavier à San Francisco en août 2016.
Article précédentDominique Ansel se lance à Los Angeles: “Je n’ai pas de limite”
Article suivantLa nature selon Annabelle Arlie à Houston