À SXSW Interactive, des Français peu nombreux mais solidaires

La scène se passe au onzième étage de l’hôtel W au centre-ville d’Austin. Une douzaine de Français inscrits au volet interactif de South by Southwest échangent leurs impressions sur la troisième journée de conférences à laquelle ils ont participé. « Je n’ai pas été impressionné par le stand Google », lance par exemple Wale Gbadamosi Oyekanmi, PDG de Darewin, spécialisée dans la social TV.

Organisés par l’envoyé spécial de PetitWeb.fr, Benoît Zante, grâce à l’hospitalité du directeur associé d’Havas Paris, Christophe Pelletier, en charge notamment du compte Orange, ces debriefs quotidiens visent à confronter idées et impressions sur l’avenir du web tout en glanant des informations sur les rendez-vous auxquels on n’a pas pu assister, plusieurs dizaines de conférences ayant lieu en même temps et certaines étant prises d’assaut.

Un concentré de South by Southwest

Entre plaintes relatives à la météo mitigée du début de festival et témoignages personnels sur l’utilisation des réseaux sociaux (« Avec mes proches, j’utilise Path et plus Facebook », « Foursquare ne m’intéresse plus »…), l’ambiance  est bon enfant parmi ces communicants et experts du web qui se côtoient régulièrement. Mais le débat est relevé. En à peine une heure, sont évoqués : les cousines japonaises des “Google glasses” capables d’effectuer des recherches sur l’interlocuteur de celui qui les porte, la mise en musique interactive des bandes-dessinées Marvel sur tablette ou encore le travail en amont que nécessite une opération de communication réussie sur Twitter telle que celle d’Oréo pendant le Super Bowl. (Le tweet envoyé par le fabricant de biscuits au moment de la coupure de courant a suscité plus de 16.000 retweets.)

Un manque de visibilité

La qualité de ces réunions comme de la couverture du festival par l’envoyé de Knowtex.com, Martin Pasquier, rend d’autant plus surprenante l’absence de pavillon français dans le hall d’exposition du festival. On n’y croise que deux stands français : ceux de la coopérative de services de recherche et développement Bearstech et de la plateforme de blogs OverBlog, qui commence à pénétrer le marché américain en proposant une solution permettant d’agréger les contenus des différents réseaux sociaux de l’utilisateur dans son blog.

Pour être plus présents, « nous avons besoin que l’Etat nous suive, mais nous ne pouvons compter que sur nous-mêmes », estime le PDG de l’agence AF83, spécialisée en conception d’expérience, technologie et communication. Cédric Giorgi, son homologue à Cookening, un réseau social fondé sur le partage des cultures autour d’un repas, actuellement en cours d’expérimentation à Paris,  promet de s’impliquer dans les instances réunissant les startups françaises pour que cela change. Les Français seront d’autant plus attendus lors du prochain SXSW.