Pourquoi le Super Bowl s’écrit-il avec des chiffres romains ?

Le logo du 53e Super Bowl

Le 53ème édition du Super Bowl, événement sportif de l’année aux Etats-Unis, approche à grands pas. Elle aura lieu dimanche 3 février. Surtout, ne l’appelez pas “Super Bowl 2019” ou “Super Bowl 53”. Sa dénomination exacte est “Super Bowl LIII”, avec des chiffres romains s’il vous plait. Pourquoi ? C’est la question bête de la semaine.

Le recours à ce type de numérotation est une longue tradition au sein de la NFL (National Football League), l’association d’équipes de football américain qui organise le Super Bowl. Elle a commencé lors de 5ème édition du match en 1971. Selon un document de la NFL datant de 2005, la raison est avant tout pratique. “Les chiffres romains ont été adoptés pour dissiper toute confusion liée au fait que le Super Bowl est joué une année après la saison“. En effet, le Super Bowl LIII, joué en 2019, clôt la saison 2018.

Pourquoi ne pas simplement utiliser des chiffres arabes ? Selon l’historien de l’équipe des  Kansas City Chiefs Bob Moore, ce fut l’idée de Lamar Hunt, ancien propriétaire de la formation. Ce père fondateur de l’American Football League (absorbé par la NFL en 1970) et membre du comité organisateur du premier Super Bowl pensait que la numérotation romaine rendrait l’événement plus prestigieux et magistral.

La tradition a pris racine, sans doute parce que les chiffres étaient faciles à identifier au début. Difficile de nier qu’ils ne font pas leur petit effet: non seulement la NLF est le seul championnat américain à recourir à ce type de numérotation, mais les médias l’adorent. Le journal du Long Island Newsday a écrit, par exemple, qu’il “évoquait les images de gladiateurs prêts à se battre“.

Cela ne veut pas dire que ce système est accepté par tous aujourd’hui. Rappelons que le 50ème Super Bowl – donc Super Bowl L – a pris un beau “50” pour éviter toute confusion liée aux deux “L” à la suite. Le directeur de la création de la NFL a également fait valoir à l’époque que cette pauvre lettre “asymétrique” et déséquilibrée avait une “connotation négative“. “Je prends un X n’importe quel jour de la semaine“, plutôt qu’un L, a-t-il dit au San Jose Mercury News.

Le journal USA Today rappelait l’an dernier que même certains joueurs de la NFL ne savaient pas lire les chiffres romains. “Soyons honnête. Les chiffres romains sont quelque chose que nous apprenons parce que nous le devons et que nous oublions aussitôt, en sachant qu’ils n’auront pas d’utilité, a écrit la chroniqueuse Nancy Armour. À moins que vous ne cherchiez le copyright d’un film ou que vous ne participiez à un quiz sur les papes, on peut facilement vivre sans avoir à savoir que XXXVIII signifie 38“.