Pourquoi le sucre n’a-t-il pas de pourcentage sur les étiquettes alimentaires US ?

Prenez n’importe quel produit alimentaire aux Etats-Unis et vous ferez le même constat. Alors que les étiquettes nutritionnelles comportent une valeur en gramme (ou en milligramme) et un pourcentage pour chaque nutriment, ce n’est pas le cas pour le sucre. Pourquoi ? C’est la question bête de la semaine.

Tout d’abord, que représente ce mystérieux pourcentage ? Non, il ne s’agit pas de la part de sucre (ou de sodium, ou de gras) présente dans le produit en question. C’est, en réalité, la part de la quantité recommandée quotidiennement pour l’élément concerné que vous ingérez lorsque vous consommez une portion (“serving”) du produit. Prenons par exemple une canette de Coca: l’étiquetage parle de 2% de sodium par portion, en l’occurence une canette. Si vous la buvez en entier, vous aurez consommé 2% de la quantité de sodium recommandée par jour. Si vous en prenez une deuxième, vous en aurez consommé 4%. Cet indicateur, appelé “Percent Daily Value” , est basé sur un régime quotidien de 2.000 calories.

L’étiquette a été créée par une loi (Nutrition Labeling and Education Act) de 1990 sur fond d’inquiétude croissante autour de l’obésité aux Etats-Unis. “À l’époque, nous étions au milieu de la mode du low fat. Peu d’attention était portée au sucre, notamment à l’impact des ‘sucres ajoutés’ qui sont intégrés pour rendre les aliments plus sucrés. Quand la population a commencé à consommer des calories sous forme de sucre ajouté, la situation a changé” , rappelle Rachel Johnson, professeure de pédiatrie à l’université du Vermont.

Robert Lustig, professeur de médecine à l’université de Californie à San Francisco, avance une autre raison: le rôle des lobbies du sucre et des producteurs de sodas. “Ils ont dit qu’il n’y avait pas de montant minimum, car le sucre n’est pas nécessaire pour vivre, et qu’il n’y avait pas de montant maximum. Sauf qu’il y en a un! Les données les plus récentes suggèrent que 25-37,5 grammes par jour est la limite maximale” .

“Big sugar”, le surnom donné au lobby du sucre, a continué à peser sur les pouvoirs publics. En 2003, il a pressé – avec le soutien de parlementaires démocrates et républicains –  l’administration Bush pour faire dérailler un plan de l’OMS (Organisation mondiale de la Santé) visant à réduire la consommation de sucre par habitant à moins de 10% du montant de calories ingérées par jour.

Depuis sa création, les “Nutrition Facts” ont peu changé, sauf pour inclure en 2006 la mention des “trans-fat” , qui eux non plus n’ont pas de pourcentage rattaché. Officiellement, si le pourcentage du sucre n’est pas mentionné, c’est parce qu’ “aucune recommandation n’a été faite pour le total quotidien à consommer” , selon la FDA. Mais cela changera bientôt. L’agence a révélé récemment une nouvelle étiquette (à droite, ci-dessous) qui doit entrer en vigueur en juillet 2018.

new label

Celle-ci comportera une sous-catégorie “added sugars”, avec la valeur en gramme par portion et le pourcentage de la quantité recommandée. En 2015, cette dernière a été fixée par les autorités sanitaires fédérales à 50 grammes par jour pour les individus âgés de 4 ans et plus. Ce qui signifie que les aliments qui contiennent par exemple 100 grammes de sucre ajouté devront afficher 200%. Les supporters de cette décision, dont certains grands groupes alimentaires comme Nestlé ou Mars, espèrent que cela changera le comportement des consommateurs. Il est grand temps. Près de 70% des Américains sont considérés en sur-poids ou obèses.