Stupeur et solidarité après l’agression d’un touriste français à Harlem

NYPD - shutterstock

J’ai été très très surpris. Ça fait six ans que j’habite à Harlem. C’est un quartier où l’on se sent en sécurité“. Trois jours après l’agression d’un touriste français dans le quartier, Nicolas Garnier n’en revient toujours pas. Ce décorateur d’intérieur français habite à deux rues où Gabriel Bascou, 27 ans, a été poignardé au cou. L’auteur de l’agression fait l’objet d’un avis de recherche du NYPD, la police new-yorkaise.

Le Français, en visite à New York avec sa petite amie, a été attaqué vendredi 14 février sur Adam Clayton Powell Blvd, près de la 132e rue, sans raison apparente. Une vidéo obtenue par le New York Post le montre agenouillé sur le trottoir, un torchon contre son cou ensanglanté, pris en charge par les secours. Il a été emmené à Harlem Hospital. Ses jours ne sont pas en danger.

Gabriel Bascou, un Montpelliérain basé à Paris et qui a passé son adolescence à La Réunion, se décrit comme un photographe-créateur de contenus sur son profil Instagram. Il y a posté plusieurs messages depuis son hospitalisation pour raconter l’agression et rassurer ses followers. Il explique notamment dans une story que son agresseur est apparu derrière lui et ne lui a rien volé. Il lui a seulement porté “un coup gratuit d’une violence absolue“. Dans un autre message, des amis du Français et de sa petite amie annoncent avoir lancé une cagnotte pour que “son retour soit le plus rapide possible et pour avoir une sécurité sur les frais d’hospitalisation“.

Samedi 15 février, il a posté dans un groupe Facebook avoir fait “une entrée fracassante sur New York“, suscitant une avalanche de témoignages de soutien.

De son côté, le consulat de France a relayé, dimanche, les photos du suspect diffusées par Crime Stoppers et indiqué qu’il était mobilisé pour apporter “l’aide nécessaire” à la victime.