STAFE: le soutien aux associations des Français à l’étranger reporté

Jean-Yves Le Drian, ministre des Affaires étrangères /Shutterstock -Alexandros Michailidis

Le Covid-19 a fait une nouvelle victime. Le ministère de l’Europe et des Affaires étrangères a annoncé, mardi, le report de la campagne 2020 du STAFE (Soutien associatif des Français à l’étranger), un dispositif qui apporte une aide financière aux associations qui assurent le rayonnement de la France dans le monde.

Sur les 278 projets subventionnés par le STAFE 2019, 237 (soit 85%) doivent se tenir dans des zones actuellement en confinement, précise le ministère. Il a été décidé de réaffecter l’utilisation des crédits 2020 du STAFE aux besoins immédiats liés à la crise sanitaire au profit de nos compatriotes directement et/ou des organismes locaux d’entraide et de solidarité (OLES) et des centres médicaux sociaux (CMS)“. Les organismes OLES viennent en aide aux individus en difficulté.

Selon le Quai d’Orsay, 1,9 million d’euros ont été ventilés entre 279 associations au terme de la campagne 2019. Aux États-Unis, les fonds ont été donnés, par exemple, aux programmes éducatifs FLAM, au réseau d’entraide Main dans la Main, à l’association des Bretons de New York BZH, certaines alliances françaises et Accueils ainsi que d’autres organismes culturels, éducatifs ou socio-économiques afin de financer des projets précis.

L’annonce du report de la campagne 2020 a suscité une vive indignation chez les conseillers consulaires et d’autres élus représentant les Français établis hors de France. Roger Pardo, président de l’association FIPA qui gère des programmes bilingues publics à Miami, comptait faire une demande STAFE cette année pour financer l’achat de matériel et renouveler le parc informatique dans deux des écoles qui proposent le programme.

En 2018, la FIPA a reçu 20 000 euros de la part du STAFE et près de 15 000 en 2019 pour financer la venue d’enseignants stagiaires et acheter des livres scolaires. “Je ne suis pas surpris car les Français de l’étranger sont toujours un peu victimes. Loin des yeux, loin du coeur ! Mais la priorité est d’aider les médecins, a réagi Roger Pardo. C’est bien et dommage à la fois car les dépenses dans l’éducation ne sont jamais gaspillées“.