SoHo et Greenwich, touristiques ou bobo chic

SoHo (« South of Houston »), avec ses superbes faça­des en fer forgé, est un ancien quartier indus­triel investi par des artistes dans les années 1960.

Le mar­ché immobilier y est saturé depuis longtemps. Les “spots” d’art contem­porain ont déménagé à Chelsea et dans le Lower East Side. SoHo attire désormais les riches « out­-of­-towners », prêts à payer le prix. « Beaucoup d’Européens veulent acheter ici, pour la marque », confirme un agent immobilier new-­yorkais. Si Spring Street, West Broadway et Prince Street regorgent de boutiques fashion (dont beaucoup de françaises, comme Maje, Sandro, Comptoir des Cotonniers, ou Bonpoint), la section de Broadway traversant SoHo est saturée de grandes ensei­gnes bradant leurs jeans.

SoHo, une marque déposée

Trisha Brown, 77 ans, célèbre cho­régraphe, a acheté 10.000 dollars un loft sans électricité en 1969 et a vécu la vie de bohème. Aujourd’hui, il en vaut facilement deux millions. Bousculée par les tou­ristes, elle ne reconnaît plus per­sonne quand elle traverse Broad­way. « J’habite entre Uniqlo et H&M », dit-­elle ironiquement en guise de noms de rues. Selon elle, SoHo est devenu une marque déposée, une chimère.

Greenwich1

À l’opposé, Greenwich est un quartier intime. Ses rues étroites sont détachées du plan en damier de Manhattan et il est délicieux de se laisser dis­traire par les escaliers des town­houses. Autrefois quartier de poètes et d’intellectuels, Green­wich attire aujourd’hui les célé­brités. Outre de magnifiques petites maisons, on y trouve des lofts  mais aussi de nouvelles tours résidentielles en bordure de l’Hudson.

« Quand l’immobilier s’est effondré en 2008, le West Village a été le seul quartier à conserver sa valeur, explique Shelley Kaplan, agent immobilier. Les New-Yorkais adorent le Village [prononcer «Viledge», ndlr]. C’est là que j’habiterais… si je pouvais me le permettre ! » La bohème est loin et les prix astronomiques ne permettent qu’aux plus riches de s’y installer. L’an dernier, le Village avait 150 appartements à pourvoir, selon Streeteasy.com, avec un prix médian de 2 millions de dollars.

Royaume des étudiants de NYU

Sur ses entournures, Green­wich change radicalement. À l’est, autour de Washington Square Park, c’est le royaume des étudiants de NYU. On y trouve beaucoup de vénérables townhouses, dont la plupart appartiennent à l’univer­sité. C’est « College Town » : restos pas chers et coffee shops.

Au nord­-ouest démarre le Meatpac­king District : un ancien quartier de découpe de viande devenu l’avant-­poste de la mode et des hôtels branchés (en particulier Le Standard, qui enjambe la High-Line). Le Meatpacking est devenu l’endroit où voir, et être vu. La nuit offre un ballet de taxis et de limousines de 10 mètres de long, de stars des New York Knicks traquées à l’iPhone et de filles en microjupe.

[googlemaps http://www.google.com/maps/d/u/0/embed?mid=zPDz7OGVMoqc.kg7sgGUd-hRw&w=640&h=480]

 

Vous l’avez déjà vu dans… La trilogie du “Parrain”, de Francis Ford Coppola, “Inside Llewyn Davis” des frères Coen, “Shame” de Steve McQueen, “Spiderman” de Sam Raimi, “After Hours” de Martin Scorsese, “Men in Black” et dans les séries “Friends” et “Sex and the City”.

On y croise qui ? À Greenwich : Julia Roberts, Sarah Jessica Parker, Jim Carrey, Calvin Klein. À SoHo: Jean Reno, Jennifer Aniston, Tiger Woods, Sofia Coppola, Daniel Radcliffe.

Si c’était un quartier parisien : Le Marais pour Greenwich et SoHo. La Bastille pour Meatpacking.

Portrait-robot des habitants : Aspirants acteurs, stars de Hollywood, « it-girls », yuppies, ambitieux, beautiful people.

Points positifs : Greenwich : son côté carte postale. SoHo : le shopping.

Points négatifs : Les prix. Le tourisme et l’invasion des grandes enseignes à SoHo.

Article paru dans le hors-série « Vivre New York » réalisé par Le Point et French Morning en 2014, réactualisé en mai 2015.