SIDA: se protéger ? Pas la première fois…

Quelques jours après la clôture de la 19ème conférence internationale de lutte contre le SIDA à Washington, force est de constater qu’une sexualité protégée chez les jeunes américains et français n’est plus la norme. Les adolescents semblent en effet de plus en plus enclins à s’engager dans des rapports sexuels non protégés, du moins lorsqu’ils rencontrent un nouveau partenaire.

Le dernier rapport de l’association World Contraception Day, publié en septembre 2011, dresse un constat alarmant : 53% des jeunes Américains (18-24 ans) – soit plus d’un jeune sur deux – ne se protègent pas lors du premier rapport sexuel avec un nouveau partenaire. Ce chiffre a bondi en deux ans, puisqu’en 2009, ils n’étaient “que” 38% à ne pas avoir recours à un contraceptif.

En France, ils sont un peu moins nombreux (40%), toujours selon la même étude. Un chiffre qui reste peu glorieux, et qui a lui aussi énormément augmenté en deux ans : en 2009, 19% seulement décidaient de baisser la garde lors de leur première relation avec un nouveau partenaire.

Les raisons de ce comportement varient, mais le fait de ne pas avoir de préservatif au moment clé arrive en tête de liste dans les deux pays (entre 21 et 38%). Sont également évoqués : le refus de l’un des deux partenaires (15%), la gêne d’évoquer le sujet, ou même l’oubli après avoir bu trop d’alcool (entre 11 et 13%). Et pourtant, les jeunes américains et français sont près de 60% à déclarer être “très bien informés des possibilités de contraception“.

Crédit photo : Maxppp