Pourquoi les sapins de Noël à New York sont-ils vendus par des Québécois ?

Si vous achetez votre sapin de Noël à New York, il y a de fortes chances pour que vous ayez affaire à un vendeur québécois. Pourquoi ?

Une loi de 1938 permet à ces vendeurs d’investir une partie du trottoir, sans permis, à condition d’avoir la permission du propriétaire du bâtiment riverain. Ils passent toute la journée dans la rue – à New York, les sapins posent un risque d’incendies et ne peuvent donc pas être vendus à l’intérieur -, ou dans leurs cabanes, et beaucoup dorment dans leurs camionnettes et se douchent chez l’habitant.

La présence à New York de nombreux vendeurs venus du nord ne date pas d’hier. En 1995, le New York Times parlait déjà “d’invasion des Canadiens à Manhattan”, expliquant que les vendeurs venaient à New York avec leurs sapins en provenance du New Brunswick et de la Nouvelle-Écosse. L’an dernier, ils étaient “des centaines”, selon le journal canadien Globe and Mail.

Raphaël, qui, à l’instar des autres vendeurs souhaite rester anonyme, occupe un stand à proximité du Flatiron Building. Emmitouflé dans une grosse parka noire, ce Québécois explique “charger” 70 dollars pour un petit sapin, 200 pour un grand. Les sapins ne viennent plus du Québec. Aujourd’hui, ils poussent en Caroline du Nord mais la tradition du vendeur québécois perdure”. Il y a plusieurs années, les sapins de cet Etat sont devenus moins chers que les canadiens. La Caroline du Nord est le second fournisseur de sapins aux Etats-Unis derrière l’Oregon et se targue de produire “plus de 20% des vrais sapins de Noël aux Etats-Unis“.

Deux conifères dans les mains, Alexis, vendeur dans le quartier de Chelsea, ajoute que “les Québécois sont des durs à cuire“. Selon lui, “les New-Yorkais ne veulent pas faire ce genre de job. Nous, on est habitué au froid“. Des Québécois plus résistants que les New-Yorkais et surtout meilleurs vendeurs? C’est du moins ce que pense François, vendeur sur 102nd Street et Broadway, interrogé par French Morning en 2014.  “Les New-Yorkais sont ennuyeux. Il n’y a pas de surprise… Pour vendre un arbre, il faut vendre une histoire. Je viens du Grand Nord. Je suis un peu le Père Noël pour eux”.

Pour un vendeur américain indépendant, la raison de l’emploi de la main d’oeuvre québécoise ne tient pas du folklore, mais du droit du travail. Il accuse l’homme d’affaires derrière le commerce de sapins Kevin Hammer, surnommé “le mythe” ou encore “le Bernie Madoff du sapin” de profiter de ce marché très peu régulé, à la différence d’autres activités de rue comme les “food stands”. “Kevin Hammer fait appel à des Québécois car il peut les sous-payer et les renouveler presque chaque année. Comme ça, personne ne met le nez dans son business“, raconte l’homme, qui souhaite garder l’anonymat. En 2007, deux vendeurs ont accusé Kevin Hammer de ne pas les avoir payés, comme l’a rapporté le Gothamist.J’ai été l’un de ses partenaires. Je supervisais une trentaine de stand et lui ai rapporté deux millions de dollars”, poursuit le vendeur new yorkais indépendant

Viré du jour au lendemain, il parle d’un business “sans règle écrite” ou le “cash est le seul maître“. “Il paye les commerçants au black pour avoir tous les emplacements et virer les nouveaux. Je n’ai plus qu’un seul stand cette année”. 

Aucun “sapineux” rencontré ne connaît Kevin Hammer. Son entreprise livre les sapins dont elle fixe les prix, et les vendeurs viennent les collecter dans des dépôts. La vente de sapin à New York est un business juteux qui attire des profils jeunes, autour de 30 ans, prêt à sacrifier leur confort pour se faire de l’argent. Alexis vend entre 500 et 1.000 unités sur la période de Noël. A un prix moyen de 50$, il peut engranger jusqu’à 50.000 dollars dont la moitié finira dans sa poche. De quoi passer un bon Noël quand même.