“Liberté, Egalité, Homosexualité”

Crédit : LP/Yann Foreix

Revue de presse. Le “mariage pour tous” ne fait pas parler qu’en France. La presse américaine évoque aussi le débat dans ses colonnes.

Comment pouvait-il en être autrement ? La promesse de campagne de François Hollande enflamme l’opinion publique francaise. “Les sondages montrent un soutien vacillant face à une opposition de plus en plus bruyante dans ce pays à majorité catholique”, observe l’Associated Press (AP) dans un article publié sur le site d’information Huffington Post. Ce thème, qualifié de “patate politique chaude”, a révélé “les divisions entre la France urbaine, où l’homosexualité est largement acceptée, et le heartland rural, où les attitudes conservatrices perdurent”. 

Le leadership de François Hollande est critiqué de tous les côtés, par “les alliés comme les ennemis”, selon The Daily Beast“Les rivaux ont flairé le sang (…), les détracteurs ont fait remarquer que la résolution de la crise économique devait être la priorité du président, et non la planification de mariages homosexuels”. La critique de la droite conservatrice et catholique a été particulièrement virulente. Pour l’illustrer, le Los Angeles Times cite le sénateur Serge Dassault (UMP) : “On veut avoir un pays d’homos ? Dans dix ans, il n’y a plus personne. C’est stupide. (…) Regardez dans l’Histoire, la Grèce, c’est une des raisons de sa décadence.” Selon le Daily Beast ces propos sont loin d’être inconséquents. “À 87 ans, la position de Dassault n’est peut-être pas surprenante, mais son influence n’est pas négligeable, le patriarche de la famille Dassault est le 93e sur la liste des milliardaires du magazine Forbes et gère une immense fortune. Il possède Le Figaro (…) et Dassault Aviation.” Le Huffington Post cite une autre opposante, Christine Boutin, Présidente du Parti Chrétien-Démocrate, qui estime que “la loi pourrait ouvrir la porte à la décadence morale”.

Face à cette opposition dans cette “société fameusement progressiste”, le magazine Time s’amuse: “Qui est exactement le plus prude maintenant, chers Français ?” Et de poursuivre : « Ironiquement, cette hésitation intervient au moment où les électeurs américains – que beaucoup de Français considèrent comme pathologiquement puritains – ont voté en faveur du mariage entre personnes de même sexe dans trois Etats en novembre ».

Dans son article intitulé “Liberté, Egalité, Homosexualité“, The American Prospect est lui aussi surpris de voir les arguments rétrogrades avancés  par les opposants au mariage pour tous dans la patrie de la libération sexuelle. “La France existe dans l’imaginaire américain principalement sous forme caricaturale. Sur les questions de sexe, en particulier, les Français sont considérés comme étant en avance, au-delà des limites de la morale traditionnelle. Une perception partagée par les progressistes américains, qui les admirent pour être libérés, et par les conservateurs, qui les considèrent comme des libertins amoraux. C’est donc une surprise qu’en matière de mariage homosexuel (…) la France a pris du retard sur les États-Unis, où neuf Etats ont reconnu le mariage homosexuel.”

Le site d’information Christian Science Monitor se penche lui sur la “chute brutale” dans les sondages du soutien au mariage des homosexuels. Sans perdre un mot des propos explosifs de Serge Dassault, Christine Boutin, André Vingt-Trois ou encore Marine Le Pen, le site d’information conclut son article en citant l’argument d’un anti-mariage: “Voici un projet de loi qui vise à perturber l’équilibre père-mère à l’intérieur du couple des parents, alors que cet équilibre est la meilleure structure qu’on puisse offrir à l’enfant pour qu’il ou elle grandisse.”

Pourtant, le Daily Beast se montre confiant quant à l’avenir de la loi: “Attendez vous à une foule d’invitations pour des mariages arc-en-ciel dans le sud de la France l’été prochain.”

Le Qatar à la rescousse

A cette polémique s’ajoutent les articles sur la difficile sortie de crise de l’économie française. “Les économistes sont d’accord pour dire que la situation en France est urgente”, écrit Fox News. Pour l’aider à en sortir, Louis Gallois, ancien patron d’EADS, a remis son rapport très attendu sur la compétitivité le lundi 5 novembre. Celui-ci appelle notamment à une baisse du coût du travail. Une mesure qui fait polémique en France mais que saluent certains titres américains. “La charge fiscale supportée par les entreprises (…) ainsi que des règles de travail rigides et des contrats à long terme freinent la compétitivité de l’industrie française“, assène le New York Times. Quelles que soient les mesures impopulaires que le gouvernement devra prendre, Fox News rappelle que “de nombreuses grandes questions – comme la semaine de travail de 35 heures” resteront intouchables tant que les socialistes seront au pouvoir. « Tandis que des pays comme l’Italie ou l’Espagne sont en plus mauvaise posture à cause du coût élevé de l’emprunt, les experts disent que ces pays font les coupes nécessaires pour rétablir leur économie. Mais ce n’est pas le cas en France, qui a résisté à ces reformes, en partie parce que les relations avec les travailleurs sont si tendues que de tels changements sont considérés comme un suicide politique ».

Ne voulant pas abandonner ses acquis sociaux, la France ne devrait-elle pas saluer l’aide étrangère en ces temps de serrage de ceinture ? Le Huffington Post analyse les réactions françaises aux propositions du Qatar d’investir dans les banlieues. La France pourrait s’en réjouir. Mais non ! Le plan a “rencontré un mur de résistance et d’hostilité pure et simple. La raison: le bienfaiteur est le riche Emirat arabe du Qatar.” Le site observe “une vague de protestations de la part des hommes politiques, horrifiés qu’un étranger laisse son empreinte dans les quartiers agités de la France.” Et conclut : “L’orgueil blessé a peut-être joué un rôle. Beaucoup ont du mal à accepter qu’un petit pays arabe puisse réussir là où la France elle-même a échoué.” 

Les Européens, stars de la météo

Pour terminer cette revue de presse, gros plan sur un succès européen dont devraient s’inspirer les Etats-Unis. Le Houston Chronicle applaudit les météorologues du Vieux continent pour avoir correctement anticipé l’ouragan Sandy. “Les scientifiques européens sont les meilleurs dans le monde pour prédire les trajectoires des tempêtes de l’Atlantique”, s’exclame le journal. Et ce en dépit du fait qu’un seul cyclone tropical s’est abattu sur les côtes européennes ces 150 dernières années. “Sept jours avant que l’ouragan n’ait frappé le littoral, d’importants modèles de prévision (ont dit que Sandy irait vers) l’océan Atlantique, loin de la côte américaine. Le modèle européen a prévu qu’un grand ouragan arriverait sur la côte du New Jersey. C’est à peu près ce qu’il s’est passé.” Le clé de leur succès selon le météorologue français Jean-Noël Thépaut : des cartes plus précises et “la façon dont le modèle intègre les observations de bouées météorologiques, des satellites et d’autres sources.” Pourraient-ils prévoir quand les beaux jours reviendront sur l’économie française ?