Le rêve américain d’Invivox, le matchmaker des médecins

Les quatre fondateurs d'Invivox

Pour en savoir plus

 

Le site d'Invivox

La start-up française en est encore au stade du démarrage, et pourtant elle fait déjà parler d’elle.

Invivox est une plateforme de mise en relation entre un chirurgien et un confrère, expert de sa discipline, et prêt à lui ouvrir son bloc opératoire pour une formation. Imaginons: vous êtes chirurgien esthétique à Denver et vous rêvez de tout connaître de la dernière méthode de lifting pratiquée à Milan. En deux clics, Invivox vous met en relation avec un professionnel sur place, vous consultez son planning, le tarif de son bloc et vous réservez. À vous ensuite de vous déplacer.

« C’est le principe du compagnonnage : on se forme en observant, explique Julien Delpech, un des fondateurs d’Invivox.  Les médecins qu’on a consultés nous confirmaient que les conférences et  l’e-learning ne fonctionnaient pas en formation continue».

Créée il y a un an et demi en France, la start-up a lancé son service il y a deux semaines directement à l’échelle internationale. La maison-mère se trouve près de Bordeaux et elle dispose d’un bureau à New York. Invivox y est hébergé par sa banque, le Crédit Agricole.

Cette implantation américaine est indispensable au développement de la société, selon les dirigeants. « Les États-Unis sont l’un des plus gros marchés pour nous. D’abord par le nombre de médecins bien sûr, mais aussi parce que les chirurgiens du monde entier veulent se former ici. Ça apporte de la légitimité à leur carrière », explique Julien Delpech, arrivé en août pour gérer les opérations.

Et petit à petit, le calendrier se remplit. Ces derniers jours deux chirurgiens américains et deux Indiens se sont inscrits à une session ultra-pointue de cardiologie proposée par un confrère français de l’hôpital de Rouen.

La formule a très vite convaincu. En 2015, Invivox a été élue une des dix start-up les plus innovantes lors d’un concours organisé par France Digitale et la BPI. Ce qui lui a permis de faire une levée de fonds de 1,5 million d’euros en mars  auprès d’Isaia Seed Club, un fonds d’entrepreneurs web français. Les deux co-fondateurs, Julien Delpech et Patxi Ospital, connaissent leur dossier car ils tous les deux issus du milieu médical. Julien Delpech distribuait par exemple des dispositifs médicaux en chirurgie. “C’est en parlant avec des clients que je me suis rendu compte de la mauvaise qualité de la formation continue. Je leur présentais des produits innovants mais ils avaient du mal à les utiliser” .

Pour se lancer, Invivox a rejoint la pépinière d’entreprises Unitec à Pessac, puis, fin 2015, l’accélérateur parisien Le Village by CA.

Huit millions de spécialistes à travers le monde sont potentiellement clients d’Invivox, et mille chirurgiens sont déjà répertoriés comme “formateurs”. Les co-fondateurs se sont associés avec deux autres partenaires au profil plus commercial et une dizaine de salariés a rejoint l’aventure en France. « Il nous reste à démontrer la preuve du concept aux Etats-Unis et on espère obtenir une nouvelle levée de fonds de 12 millions d’euros fin 2017 » .

 

Pour en savoir plus

 

Le site d'Invivox