Retraites et expatriation : le point sur vos retraites françaises

Informations à New York

Depuis près de 30 ans, Novelvy Retraite réalise des missions pour des expatriés dans plus de 50 pays.

Bruno Renardier, directeur de Novelvy Retraite sera à New York toute la semaine du 16 novembre pour rencontrer ceux qui le souhaitent et s'entretenir de leur dossier de retraite.

Contact:
Email Bruno Renardier
Tel: + 33 6 18 57 77 45

(Article Partenaire) Expatriés, avez-vous droit à la retraite française? Probablement, mais il faut vous en occuper. Voici les questions à se poser au plus vite pour prévoir et éviter les mauvaises surprises.

1/ Combien de trimestres ai-je accumulés en France?

Selon votre âge, pour bénéficier d’une retraite à taux plein, il faudra avoir validé de 160 à 172 trimestres. Mais on distingue deux catégories de trimestres:

  • Les trimestres cotisés: c’est le plus simple. Vous avez travaillé, vous avez payé des cotisations, vous avez droit aux trimestres. Le plancher est relativement bas: un job d’été de deux mois peut parfois suffire à valider un, voire deux trimestres pour l’année. Depuis le début de cette année, pour la validation d’un trimestre de retraite, il faut avoir gagné au cours de l’année l’équivalent de 150 fois le Smic horaire au 1er janvier de l’année concernée. En 2015, ce montant correspond donc  à 1441,5 €.
  • Les trimestres assimilés: là vous n’avez pas cotisé, mais avez néanmoins droit à des trimestres (pour maternité, service militaire, période de chômage…).

2/ Mon travail à l’étranger me permet-il d’acquérir des trimestres?

Si vous avez été détaché par votre employeur français, vous avez continué à cotiser en France, vous avez donc accumulé des trimestres comme si le lieu de votre activité était resté en France.

Mais cette situation d’expatrié “détaché” est de plus en plus rare (et limitée à cinq ans maximum aux Etats-Unis). Dans le cadre d’un contrat de droit local, les choses se compliquent. Si vous êtes dans un pays de l’Union européenne ou signataire d’une convention avec la France (comme les Etats-Unis), les cotisations que vous avez payées dans le pays d’accueil comptent dans le calcul des trimestres. En revanche, les salaires perçus à l’étranger ne rentrent pas dans le calcul de votre salaire annuel moyen. Attention toutefois à la règle de non cumul qui ne permet pas d’appliquer simultanément deux convention (vous ne pouvez par exemple pas bénéficier dans le calcul de la durée de votre carrière à la fois de la convention franco-canadienne et de la convention franco-américaine).

3/ Est-ce une bonne idée de cotiser volontairement?
Vous pouvez choisir de cotiser de manière volontaire aux régimes de retraite français. La plupart des expatriés connaissent la Caisse des Français de l’Etranger (CFE) régime vieillesse, mais ignorent souvent qu’il est aussi possible de s’affilier en tant que commerçant, industriel ou consultant auprès du RSI ou de la CIPAV. A noter qu’il y a un délai à ne pas dépasser pour pouvoir s’affilier à la CFE. L’intérêt d’une cotisation volontaire dans un régime de base dépend de multiples facteurs personnels et en particulier :

    • de l’ensemble des droits déjà acquis dans l’ensemble des régimes de retraite français.
    • de l’âge auquel un assuré pourra prétendre percevoir l’ensemble de ses retraites à taux plein s’il continue à cotiser.
    • de l’impact d’un non abattement éventuel à l’âge choisi de liquidation des droits qui s’appliquerait aussi aux régimes complémentaires, venant ainsi augmenter la rentabilité des cotisations.
    • de la volonté éventuelle de revenir travailler en France à moyen terme et long terme.
    • de l’avantage qu’il y aurait sur le calcul de la retraite de l’Assurance Retraite de limiter ou d’annuler la prise en compte d’années à faibles salaires dans le calcul de la moyenne des 25 meilleures années.

4/ Les réformes vont-elles me toucher?

1983, 2003, 2010, 2013… les réformes des retraites se succèdent. Les dernières modifications datent de fin octobre 2015, avec des changements dans les régimes complémentaires des salariés du privé, l’Arrco et l’Agirc.
Les retraités seront les premiers à en subir les conséquences avec des retraites qui n’augmenteront pas ou très peu pendant les trois années à venir, mais le principal changement réside dans ces “bonus malus” temporaires appliqués lors de la liquidation des retraites complémentaires Arrco et Agirc.
Ce dernier changement concernera les assurés nés à partir de 1957. Ceux qui demanderont leur retraites dès qu’ils auront droit au taux plein subiront un abattement de 10% pendant 3 ans sur leurs retraites Arrco et Agirc. Cet abattement disparaîtra s’ils attendent 4 trimestres de plus pour liquider leurs retraites et deviendra un bonus de 10%, 20% voire 30% si ils repoussent de 8, 12 ou 16 trimestres la date de liquidation. Tout malus ou bonus disparaitra à 67 ans.

Spécialiste de l’optimisation des retraites, Novelvy Retraite peut vous aider à répondre à ces questions complexes, grâce à une approche individualisée en fonction des parcours et des objectifs, un interlocuteur dédié tout au long de la mission, la délégation totale de l’ensemble des démarches auprès des organismes, nos services sont particulièrement adaptés aux besoins spécifiques des expatriés.

Il est vivement conseillé de disposer d’une étude personnalisée prenant en compte pour chaque situation tous les facteurs à considérer. Cette étude permettra ensuite de prendre des décisions en toute connaissance de cause et de retenir le schéma optimum.

Pour rencontrer Bruno Renardier, le directeur de Novelvy Retraite lors de son passage à New York du 16 au 20 novembre, ou pour en savoir plus: [email protected]; Tel: + 33 6 18 57 77 45

——————————————————–

Note: les “articles partenaires” ne sont pas des articles de la rédaction de French Morning. Ils sont fournis par ou écrits sur commande d’un annonceur qui en détermine le contenu.

Informations à New York

Depuis près de 30 ans, Novelvy Retraite réalise des missions pour des expatriés dans plus de 50 pays.

Bruno Renardier, directeur de Novelvy Retraite sera à New York toute la semaine du 16 novembre pour rencontrer ceux qui le souhaitent et s'entretenir de leur dossier de retraite.

Contact:
Email Bruno Renardier
Tel: + 33 6 18 57 77 45