Les 10 questions énervantes auxquelles vous devrez répondre à Noël

D’année en année, les questions de vos (plus ou moins) proches lors de vos séjours en France sont désespérément redondantes. Vous avez tout essayé : raconter, expliquer, défendre, nuancer… En vain. Voici quelques propositions pour couper court, et passer au petit-four suivant.

1- Tu as la green card, c’est ça ?

A : Non, mais peut-être un jour ! (Flou, mais vrai)

B : C’est justement ce que j’ai demandé pour Noël !

C: Récitez très vite un monologue complet sur toutes les façons d’obtenir la Green Card. Utilisez plein de chiffres et de termes anglais (comme “Diversity Immigrant Visa Program” au lieu de “loterie”).

2-Tu dois être bilingue, maintenant !

(Rappel : vous n’avez pas le droit de répondre “non”)

A : Of course, ha ! ha! (avec un gros accent français)

B: Bien sûr. D’ailleurs, ça me fait un bien fou de parler français ces jours-ci !

C: Bien sûr. L’immersion, c’est tellement plus efficace que les cours du lycée ! (Le self-bashing marche toujours aussi bien en France)

3- Et tu as un bon accent ?

A : Of course, ha ! ha! (avec un gros accent français)

B: Tu sais, ce qui compte, c’est surtout l’intonation.

C : Franchement, je suis en train de re-travailler mon accent français (que j’avais totalement perdu) car ils adorent ! Pour le business comme pour la drague, c’est un vrai plus !

4- Aïe ! Un anglicisme vous a échappé. “Tu parles plus français, maintenant?”

A : Désolé(e), c’est le décalage horaire.

B: C’est un peu le pendant du bilinguisme, tu vois.

C: La langue française est tellement belle. Tu peux répéter ce que tu viens de dire ?

5- Alors… ils sont comment, les Américains ?

A: Très différents… (opinez longuement, le regard dans le vide. Concluez par : “bref !”)

B: Bof, pas très différents…. (Buvez votre verre cul-sec. Concluez par : “’bref !”)

C: Qu’est-ce que tu veux dire ? (Embarrassement garanti. Concluez par : “’bref !”)

6- Et tu penses rester ou revenir ?

A: Je ne sais pas. (Résume l’essence-même de la vie à l’étranger)

B: “Oh, tu sais, mon visa expire dans quatre mois” (La non-réponse qui sauve.)

C: “J’ai visité Yellowstone, à Pâques, et figure-toi que …”. (Autant parler directement de ce qui vous intéresse.)

7- Tu ne te maries pas avec un(e) Américain(e), hein ?

A : Bof, ils ne m’intéressent pas trop… (Les américanophobes embrayeront.)

B : (Soupirez d’aise : cette question passe sous silence votre addiction à Tinder et OkCupid et vos dates ratées)

C : (Si la question était hétérocentrée) Faites votre coming out !

8- Mais ils n’ont pas de vacances, là-bas, comment tu as fait pour venir ?

A: J’ai pris l’avion.

B: J’ai pris des vacances.

C: Je suis en télétravail. (C’est faux, mais jouer avec les clichés est toujours drôle.)

9- Tu changes ENCORE de boulot ?

A: Oui, je me suis fait virer parce que j’ai pris des vacances. (cf ci-dessus)

B: Oui, je voulais gagner plus. (Toujours pour jouer sur les clichés)

B: Improvisez une diatribe sur la flexibilité américaine et la rigidité française. Videz votre sac. Puis assumez.

10- Et la France ne te manque pas trop ?

A: Si, terriblement. Tu peux me passer le camembert ?

B: Dissertez sur la notion de “citoyen du monde”. Monopolisez la parole le plus longtemps possible.

C: Fondez en larmes. C’est tellement bon de se faire cajoler.