Rembrandt : le maître et ses élèves

Rembrandt or not Rembrandt ? La question s’est posée longtemps pour certaines toiles du maître hollandais. Ses élèves imitaient si bien son style qu’il est parfois difficile de savoir de qui est une œuvre.

Dans son atelier à Amsterdam,  Rembrandt van Rijn (1606-1669) formait ses apprentis en leur faisant copier ses propres esquisses dont une soixantaine sont exposées actuellement à la Frick Collection. Tous les dessins, rassemblés pendant des années par le collectionneur Frits Lugt, ont été prêtés par la Fondation française Custodia ou institut néerlandais.

Govert Flinck, Gerbrand van den eckhout ou Lambert Doomer parmi tant d’autres ont étudié des années dans l’ombre du maître avant de prendre leur propre envol. Il est difficile pour un néophyte parfois de faire la différence entre leurs ébauches et celles de Rembrandt. Tout est affaire d’expertise minutieuse des coups de pinceau ou des traits d’un visage.

«Cela demande beaucoup de travail de comparer les dessins. De nombreuses erreurs ont été faites sur l’attribution des oeuvres», explique  Peter Schatborn, ancien directeur de la Print Room au Rijksmuseum à Amsterdam. Il est également l’auteur d’un ouvrage en deux volumes Rembrandt and his circle drawings in the Frits Lugt Collection en vente au musée.

En quelques coups de crayon, Rembrandt parvient à saisir un instant de vie à la manière d’un photographe.  Il est un virtuose dans la représentation des  expressions humaines comme cette mère protégeant son enfant effrayé par un chien ou cette autre câlinant son bébé.

Il ne dessinait jamais ses croquis en couleur et parvenait  à représenter les formes et la lumière d’un tableau avec un simple tracé au crayon. Dans ses croquis,  il se concentre principalement sur les personnages et non sur le décor.  Sur la même feuille, Rembrandt  dessinait souvent  un personnage sous trois  angles ou positions différents.

«Répéter les dessins facilitait aussi la mémorisation du tracé», raconte Peter Schatborn.

Dans  ses esquisses, Rembrandt suggère plus qu’il ne décrit laissant ainsi à ses élèves une latitude créatrice. Cependant, toute variation de composition, toute modification  devait être approuvée par le maître.

L’exposition se partage en deux parties. Dans le cabinet ovale du rez-de-chaussée sont exposés cinq portraits dont un autoportrait de Rembrandt à 52 ans. Tous sont issus des collections du musée.

Trois autres salles sont entièrement dédiées aux dessins de Rembrandt provenant de la Fondation Custodia qui devrait les exposer en juin prochain à Paris.

Exposition « Rembrandt and his school: Masterworks from the Frick and Lugt collections » jusqu’au 15 mai 2011.

Tout un cycle de conférences autour de Rembrandt débute mercredi 16 février à la Frick Collection. Le programme est à retrouver ici.