Les casquettes “made in Brooklyn” de Raphael Faccarello

Infos pratiques

 

Le site de Papá Originals

“Je souhaite ramener les casquettes de Brooklyn à Brooklyn”. Tel est le projet ambitieux de Raphael Faccarello, un jeune expatrié français basé à New York depuis 2009 qui a lancé sa marque de casquettes le 12 octobre.

Fondateur de la marque Papá Originals, le Français propose des casquettes haut de gamme. “J’ai voulu baser ma marque sur l’éthique, la qualité et le style” , explique-t-il. Il a passé quatre mois à écumer les producteurs et distributeurs de textile du Fashion District de Manhattan afin de trouver les composants parfaits pour ses casquettes.

Ses “strapbacks” (nom de la forme de ces casquettes) sont faites à la fois à la machine et à la main dans une usine à Bushwick. “J’ai eu du mal à trouver une bonne usine de casquettes, les autres étaient très chères et dans un style un peu hipster qui me déplaisait. J’ai trouvé cette usine qui fait de la qualité dans un bon timing” , raconte l’entrepreneur qui développe sa marque en marge de son activité principale – il travaille pour une marque de luxe française depuis son arrivée à New York il y a sept ans.

L’idée de lancer sa propre marque lui est venue cet été, alors qu’il est fan de casquettes depuis tout petit et en particulier des “strapbacks”. “C’était la marque de fabrique de l’équipe de baseball des Brooklyn Excelsior, explique-t-il. À l’époque (au XIXème siècle, ndr), chaque équipe avait sa propre coupe de casquette, les strapbacks sont donc nées à Brooklyn. Les Américains ont commencé à en porter en guise d’ornement à partir des années 50 avec l’arrivée de New Era en tant que fournisseur officiel de la Major League. Jusqu’en 90, c’était surtout pour les gangs un moyen de se reconnaitre” , développe le Français. Il faudra attendre la fin des années 90 pour que ces casquettes se démocratisent.

“Étant un inconditionnel de cette coupe de casquette, j’ai voulu m’en créer une, l’idée de base n’était absolument pas de créer une marque. Mes amis ont adoré celle que je me suis faite. J’en ai fait pour eux avec d’autres couleurs et c’est là que je me suis dit que ça pouvait plaire à d’autres !”

Le site est en ligne depuis le 12 octobre. D’après lui, “les commandes arrivent, on a très peu fait de promo mais mon produit intéresse les cap lovers, raconte-t-il. Durant la phase de pré-commande, je livrais Londres, Paris, Bordeaux et les US. Désormais, je livre juste aux US et je trouverai un distributeur en Europe. J’ai aussi été “harcelé” de messages de magasins et d’acheteurs mexicains qui voulaient savoir où s’en procurer !” Papá Originals participera au salon de mode MRKET à New York en janvier.

Infos pratiques

 

Le site de Papá Originals