Pourquoi ces bonbonnes de nitrogène dans les rues de New York ?

Vous les avez sans doute observés, un peu interloqué. Hauts de plus d’un mètre cinquante, argentés, reliés au sol par un tuyau, et laissant parfois suinter un nuage de fumée : on croise souvent de beaux réservoirs de nitrogène liquide (azote) dans les rues de New York.

A quoi servent-ils ? Non, pas à asphyxier les rats. Ni à nettoyer l’air des égouts. Le nitrogène liquide (une substance inodore, non inflammable, et très très froide) est une substance qui, injectée dans l’air, se transforme en gaz, et sert à pressuriser les câbles souterrains. Et éviter ainsi les court-circuits liés à l’humidité.

Verizon est le principal propriétaire de ces charmants objets urbains. « Nous avons mis en place un vaste programme pour pressuriser nos câbles », affirme, dans un e-mail, le service de presse de Verizon, qui rappelle que la pressurisation permet « de maintenir les câbles secs, mais aussi de détecter un problème potentiel ».

A New York, cette mise sous pression est réalisée de façon centralisée, depuis le QG de l’entreprise. Mais dans certains cas, Verizon a besoin d’injecter une dose supplémentaire, lorsque des cables sont particulièrement menacés par « l’eau, la moisissure, l’humidité ». C’est là qu’interviennent les bonbonnes. « Nous utilisons aussi ces réservoirs lorsque nous travaillons sur un câble à un endroit particulier, ou que la pression centralisée a été diminuée ou coupée. »

Et pour ceux qui se demandent s’il est sûr de les cotoyer: « Nous n’avons jamais entendu parler d’une personne blessée par l’explosion d’un réservoir (…). On ne pourra jamais s’assurer qu’une voiture ne va pas enfoncer l’une de ces bonbonnes, mais nous prenons toutes les précautions nécessaires avant d’installer ce matériel dans la rue », ajoute Verizon.

Il vaut mieux. En effet, si les explosions de réservoirs de nitrogène liquide sont rares, elles existent. Ainsi, une bonbonne a explosé, en 2006, à l’université Texas A & M causant de gros dégâts matériels. Verizon assure exercer une surveillance rapprochée de son matériel. « Des personnes inspectent régulièrement les réservoirs, notamment la nuit. »

Rappelons aussi que le nitrogène, inoffensif, est l’autre nom de l’azote, la composante principale de l’air que nous avalons. Ouf, on peut respirer.