Qu’est-ce que je risque à rapporter des médicaments de France aux Etats-Unis ?

De retour de vos vacances en France, vous serez peut-être tenté de glisser dans vos bagages, parmi quelques bouteilles de rouge et du foie gras, des médicaments qu’on ne trouve pas aux Etats-Unis. Est-ce bien légal ? C’est l’objet de notre “qu’est-ce que je risque” .

Passage à la douane

Aux Etats-Unis, c’est la Food and Drug Administration (FDA) qui détermine quels médicaments sont autorisés sur le sol américain. En règle générale, les médicaments étrangers ne sont pas acceptés car ils n’ont pas fait l’objet d’un contrôle de la part de l’agence. Si un agent de la douane (US Customs and Border Protection) détecte la présence d’un médicament ou d’un appareil médical dans vos bagages, il peut choisir de le retenir, de l’autoriser ou de demander des tests. Son choix sera déterminé notamment par la quantité transportée ou encore l’existence (ou l’absence) d’un médicament équivalent aux Etats-Unis.

Les autorités américaines conseillent de prendre plusieurs précautions pour éviter les confiscations. Les voyageurs doivent être munis d’une note de leur docteur ou d’une ordonnance écrite en anglais. Celle-ci doit être collée sur le contenant des médicaments. Il est préférable que ce dernier soit l’original, mais cela n’est pas obligatoire: le mot du médecin expliquant pourquoi ce médicament vous est nécessaire est plus important. “Voyagez avec la dose dont vous avez besoin pour votre séjour. Règle de base: ne prenez pas un stock de médicaments pour plus de 90 jours” .

Les envois par la poste

Les envois par courrier font aussi l’objet d’un contrôle. “Si un colis contenant des médicaments qui semblent violer le règlement sont portés à la connaissance de la FDA, le personnel de la FDA déterminera s’ils doivent être autorisés, refusés ou retenus” , explique un porte-parole de l’agence par e-mail. En cas de rétention, le contrôle peut prendre jusqu’à un mois.

Dans les faits, la FDA se montre conciliante sur les envois non-commerciaux, reconnaissant que certains médicaments utilisés par les ressortissants étrangers ne sont parfois pas disponibles aux Etats-Unis. Pour faciliter le processus, l’agence conseille notamment au destinataire de faire accompagner la livraison d’une lettre de son médecin en France ou d’un médecin aux Etats-Unis qui peut superviser la prise de médicaments. La lettre doit expliquer que ce médicament est nécessaire à la poursuite d’un traitement entamé en France. Pensez aussi à faire intégrer dans le pli ou le colis une lettre qui précise que le médicament est envoyé à des fins personnelles, donc non-commerciales, et à ne pas acheminer plus de trois mois de stocks.

La FDA concentre ses ressources de contrôle sur les envois commerciaux, réalisés dans le cadre de la vente par correspondance par exemple, et moins sur les produits qui sont transportés de manière privée, ou envoyés par un représentant non-commercial du destinataire, ou encore par un établissement médical étranger où une personne a fait l’objet d’un traitement” , explique la FDA.