Pygmalio, une startup de soutien scolaire pour les enfants français à l’étranger

Comme tant de parents, Mathieu Tazo s’est retrouvé prof le temps du confinement. Privées d’école “physique”, ses deux filles de 6 et 8 ans, scolarisées en programme bilingue public à New York ont eu besoin d’aide. “On s’est vite aperçu que ce que l’école fournissait en matière de “distance learning” ne suffirait pas. Et comme beaucoup d’autres parents, le papa, par ailleurs banquier et écrivain, s’est rendu compte qu’il n’avait ni la vocation ni le temps de devenir prof de secours… “On avait la chance d’avoir une amie de Londres qui est enseignante en lycée français, elle a proposé de s’occuper des filles à distance”. Les deux fillettes ont adoré l’expérience et très vite le coup de main s’est transformé en idée de start-up.

A Mathieu Tazo et Delphine Homand (l’enseignante de Londres) se joint un autre ami, Mathieu Le Roux, un serial entrepreneur basé au Brésil. “La Covid-19 a révélé un besoin qui existait sans doute déjà, d’accompagnement pédagogique d’enfants bilingues français-anglais”, constate Mathieu Tazo. Les trois associés lancent donc Pygmalio, service de tutoring en ligne pour ces enfants bilingues, de primaire ou de collège (6 à 14 ans). Le principe est celui de séances vidéos, accompagnées de devoirs corrigés. Les parents s’abonnent, sans engagement, à une des deux formules: 45 minutes de vidéo plus une heure de devoirs à rendre par semaine (au tarif de $99/semaine)  ou 2×45 mns et deux heure de devoirs ($179/semaine).

(lire la suite sous l\'encart)

“L’idée est de faire du sur-mesure, explique Mathieu Tazo. Les parents nous contactent, expliquent leur besoin et nous trouvons un enseignant qui puisse répondre à ces besoins”. Le site compte pour l’heure une dizaine d’enseignants, basés partout dans le monde et qui ont tous une expérience en école internationale. Le but est de renforcer le français, mais le soutien peut se faire dans toutes les matières.

Testé pour l’heure sur les amis et amis d’amis, Pygmalio commence tout juste sa vie officielle. “Notre objectif pour le moment est de servir ce besoin qui existe et de le faire bien, confie Mathieu Tazo. On verra ensuite si on grossit et comment…”