Avec Purple, ces Français veulent vous livrer de l’essence n’importe où

Qui n’a jamais été stressé par l’idée de trouver rapidement de l’essence ou par les files d’attente à la pompe ?

Ce problème, c’est le business de Purple, un application qui propose aux conducteurs de leur livrer de l’essence n’importe où.

“C’est la magie de Purple”, présente Bruno Uzzan, son co-fondateur. Démarrée en avril 2015 à Los Angeles, cette start-up a été fondée par deux Français, l’entrepreneur Bruno Uzzan et Jean-Pierre Hubschman, chirurgien-rétinologue à UCLA.

En un an, plus de 20.000 personnes ont téléchargé leur application, et plus de 1.500 conducteurs sont des utilisateurs actifs et réguliers. Et les investisseurs adhèrent au projet, comme Oscar Salazar, un des fondateurs d’Uber.

Une première levée de fonds a été réalisée en juin 2015, suivie d’une seconde d’un million de dollars début 2016, rassemblant des leaders du marché du pétrole. “Cette aventure va à une vitesse faramineuse. Le nombre de commandes augmente chaque semaine“, se réjouit Bruno Uzzan, qui gère aujourd’hui une dizaine d’employés.

Désormais, la start-up négocie avec des groupes pétroliers, afin de proposer une offre plus compétitive. Après s’être implanté sur la côte Ouest, de San Diego à Seattle en passant par San Francisco, Purple compte s’implanter sur la côte Est (Boston, New-York, Washington) d’ici fin 2016. “Et pourquoi pas d’autres continents“, lâche Bruno Uzzan.

Une amitié devenue fructueuse

Les deux fondateurs se sont rencontrés à Los Angeles. En 2007, le Parisien Bruno Uzzan s’y installe pour développer la filiale américaine de sa précédente société, Total Immersion, qu’il a revendu en 2014. Les deux hommes partageaient l’envie de créer un service à la demande, avec un modèle économique similaire à Uber. “Il y avait Instacart pour les courses, Washos pour le car-wash, Saucey pour l’alcool, mais il n’y avait rien pour l’essence“, illustre Bruno Uzzan. “Ce marché n’avait pas évolué depuis une dizaine d’années.

Les deux compères ont dû faire preuve de persévérance et d’audace pour surmonter les complications. “On ne peut pas transporter de l’essence n’importe comment: il faut respecter une régulation environnementale et avoir des outils approuvés. Nous avons donc développé notre propre matériel pour transférer l’essence du jerrican aux voitures.

Une pompe a été créée en interne par un ingénieur-mécanicien, qui est également un investisseur. “Notre culot et notre côté multitâche nous ont permis de développer ce projet avec peu de ressources“, assure-t-il. Après un an et demi de démarches, leur projet est enfin lancé.

purple

“Devenir la plus grosse station essence du monde”

Concrètement, Purple met en relation des coursiers et des conducteurs. Simple d’utilisation, l’application géolocalise votre véhicule. “Nous pouvons livrer dans la rue, sur un parking, chez vous… Avec cette notion d’instantanéité, nous voulons devenir la plus grosse station essence du monde“, argue Bruno Uzzan. “Nous travaillons avec plus de 25 coursiers, des contractuels indépendants formés, qui transportent jusqu’à 30 galons.” Le coursier livre l’essence en moins d’une heure ou moins de trois heures, selon la sélection du client.

Purple a aussi développé un logiciel d’optimisation qui permet à ses coursiers d’accéder aux stations essence les moins chères aux alentours. Et cela se répercute sur les prix, similaires voire moins élevés qu’à la traditionnelle pompe, actualisés tous les jours.

On a démarré au bon moment et au bon endroit. Les consommateurs sont habitués à commander des services via leur smartphone et il n’y avait pas de concurrence.” Résultat, ils disposent d’un quasi-monopole sur la côte ouest :un projet similaire nommé Field s’est monté à San Francisco, sans faire de vagues.